par IBM. Depuis plus de trente ans, grâce à ces très grands ordinateurs, IBM réalise plus de la moitié de ses bénéfices. En introduisant sur le marché une nouvelle génération de très grands machines...

par IBM. Depuis plus de trente ans, grâce à ces très grands ordinateurs, IBM réalise plus de la moitié de ses bénéfices. En introduisant sur le marché une nouvelle génération de très grands machines baptisées "G4" (quatrième génération), avec plusieurs mois d'avance, IBM vient de surprendre le marché. Fabriqués avec la technologie CMOS, ces nouveaux S390 affichent des performances équivalentes à celles des grands systèmes conçus avec l'ancienne technologie bipolaire. Produits avec de plus en plus de composants standards, les coûts de production diminuent et leur gestion s'en trouve facilitée. Le nombre de logiciels pouvant fonctionner sur ces ordinateurs a été multiplié par IBM "soit plus d'un millier d'applications en un an et demi". Ce marché des grands systèmes est en forte croissance. Selon John Phelps, directeur de recherche pour Gartner Group "nous prévoyons une croissance du marché de 20 % par an". Les premiers modèles devraient être proposés autour de 500 000 dollars (près de 3 milliards de F). Tous les grands constructeurs informatiques (Bull, Hitachi, Amdhal) s'apprêtent à sortir de nouvelles gammes de grands ordinateurs, pour la plupart à base de technologie CMOS. Désormais, trois usines d'IBM qui fabriquent actuellement de grands systèmes bipolaires dont la production va s'arrêter définitivement : une aux Etats-Unis, une au Japon, une en France à Montpellier vont se consacrer entièrement à la production d'ordinateurs CMOS. (La Tribune - Les Echos - Le Figaro - 10/06/1997)