Les exportations de logiciel, estimées pour 2000 à 54 milliards de F, représentent 10 % du total des exportations irlandaises, en progression annuelle de 20 %. Les exportations de haute technolog...

Les exportations de logiciel, estimées pour 2000 à 54 milliards de F, représentent 10 % du total des exportations irlandaises, en progression annuelle de 20 %. Les exportations de haute technologie, incluant l’électronique, les télécommunications et le logiciel, représentent plus de 40 % des exportations totales. Plus de 1 000 entreprises travaillent pour le secteur du logiciel en Irlande, dont 800 à capitaux irlandais. Elles emploient 28 000 personnes au total, dont 14 000 dans les entreprises à capitaux irlandais, contre 9 000 en 1993. 7 des 10 premiers sociétés de logiciel dans le monde ont des activités importantes en Irlande (Microsoft, Sun Microsystems, IBM, Oracle, SAP, Computer Associates et Siebel). Le gouvernement irlandais favorise le développement d’activités technologiques et de connaissances de pointe. Il a notamment mis en place une infrastructure de télécommunication ultra-moderne avec une artère réseau de 40 giga-octects. Les investissements en recherche fondamentale et en développement dans les universités et les Instituts de formation scientifique ont été doublés en six ans. Une allocation de 4,7 milliards de F a été allouée au budget de R&D des secteurs de l’informatique et des bio-technologies. 250 millions de F ont été investis dans Media Labs Europe, branche européenne du MIT. L’Irlande est également le 1er pays d’Europe à fournir une structure légale pour les transactions électroniques. Les Etats-Unis sont le premier marché d’exportation des logiciels irlandais, l’Europe constituant le second marché. Enterprise Ireland, seule institution chargée d’accompagner les entreprises irlandaises dans leur développement, traite 50 projets d’entreprises nouvelles par mois. EI finance les plans de croissance des entreprises, les plans de développement de produits, partage les risques via des prises de participation minoritaires, aide les entreprises à s’internationaliser, facilite leur implantation sur les marchés étrangers via des incubateurs dans de nombreux pays. EI est associée depuis 5 ans à la création de 18 fonds d’investissements indépendants dédiés aux jeunes entreprises de haute technologie. Objectifs d’EI pour 2001: création de 60 start-up à très fort potentiel, émergence de 240 nouveaux exportateurs, élargissement des marchés de 20 % pour les sociétés exportatrices, augmentation de 20 % des domaines R&D, augmentation de 35 % du temps de formation dans les entreprises. De multiples petits centres techno se créent autour de Dublin dans des domaines aussi variés que la reconnaissance vocale ou la musique en ligne. Ceci tisse un véritable réseau de nouvelles technologies, rendant nécessaire, dans les prochaines années, des investissements publics en infrastructures routières pour pérenniser ce dynamisme. Le gouvernement entend faire de l’Irlande un leader mondial des services de télécommunications haut débit et devenir un leader mondial du commerce électronique ainsi qu’un véritable «hub pour le e-business. (Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas – 26/03/2001