L'envie des consommateurs de prendre en main leur santé stimulera la croissance du secteur des applications dédiées au bien-être cognitif et cérébral. Cela, via le mobile, la tablette ou en ligne.

Le numérique plébiscité par le marché de la santé cérébrale

D’ici à 2020, le développement d’applications web, mobiles et biométriques dédiées à la santé cérébrale devraient connaître une forte croissance, selon un rapport publié par SharpBrains. Malgré le ralentissement économique, ce marché a presque doublé entre 2009 et 2012 pour atteindre un milliard de dollars. Il devrait peser plus de 6 milliards en 2020. Le rapport prévoit également que la région Asie-Pacifique dépassera probablement celle de l'Amérique du Nord et de l’Europe d'ici 2017 en termes de croissance. Cette évolution digitale du secteur serait d’abord poussée par la demande émanant des consommateurs, toujours plus désireux de prendre en main leur santé, mais également par les professionnels de santé qui considèrent sérieusement le marché comme une priorité.

Le cerveau, une priorité

En effet, parmi un panel d’experts et d’early-adopters, 94% d’entre eux s’accordent à dire que traiter le problème de la santé touchant au cerveau est essentiel pour l’industrie. En effet, plus de deux milliards de personnes dans le monde seraient atteintes par des maladies touchant au système nerveux, ce qui représente une charge de plus de deux trillions de dollars sur l’économie mondiale. Selon le rapport, les technologies digitales sont considérées par 73% des sondés comme un complément significatif d’autres modes de traitement, comme les médicaments par exemple.

Du chemin reste à parcourir

Ainsi, parmi les experts et les early-adopters interrogés ayant déjà utilisé une solution sérieuse pour entretenir leur cerveau, seulement 48% auraient déclaré avoir observé les résultats escomptés. Du chemin reste donc à parcourir pour améliorer les technologies et convaincre les utilisateurs de leurs bienfaits. Actuellement, le secteur compte deux types de technologies numériques déjà à disposition du grand public. D’une part les technologies logicielles comme les applications qui permettent aux consommateurs de surveiller, évaluer, améliorer ou rééduquer leur cerveau via un ordinateur, un smartphone ou une tablette. D’autre part, les technologies biométriques qui exigent du matériel informatique plus lourd pour mesurer les données physiologiques et neurocognitives comme la fréquence cardiaque ou l’électroencéphalogramme.

 

*The State of the Digital Brain Health Market 2012-2020