L'augmentation du big data et de la mobilité au travail impose aux sociétés australiennes et néo-zélandaises de mieux organiser et protéger leurs données. Le but : optimiser les coûts et être plus performantes.

Océanie : les entreprises doivent faire des efforts sur la gestion de leurs données

Les défis dans le traitement du big data tant économique que ceux relatifs à la sécurité des données n'épargnent pas l'Australie ni la Nouvelle-Zélande. En effet, bien gérer la masse d'information grandissante est toujours plus complexe et la mobilité dans le travail entraînent des risques qui nuisent à la performance des entreprises. Ainsi, selon un sondage* mené par Symantec Corp, les données informatiques représenteraient pour 45% de la valeur totale d'une entreprise, faisant du big data un enjeu vital. De plus, la gestion de ces données coûterait près de 1,1 trillion de dollars aux entreprises dans le monde. En Australie et en Nouvelle-Zélande, 25% des managers interrogés auraient identifié que les données seraient mal organisées, difficiles d'accès et souvent dupliquées engendrant un surcoût qui pourrait être optimisé.

Des impacts désastreux sur les affaires

En 2011, 61% des entreprises australiennes et néo-zélandaises ont été confrontées à une forme de perte de données pour diverses raisons telles qu'une erreur humaine, un bug informatique, une perte ou encore une faille de sécurité. Et 74% des managers interrogés déclarent véhiculer des informations confidentielles à l'extérieur de leur entreprise. Et les conséquences sur la perte de données sont désastreuses pour le business. Les managers interrogés soulignent à 47% la perte de clients et des impacts négatifs sur la réputation de la marque. Pour 43% d'entre eux, c'est une baisse sur le chiffre d'affaires et 44% pensent à une augmentation des dépenses.

Segmenter l'information, une solution?

La masse d'information devrait continuer de croître dans les deux pays de l'Océanie. En effet, les données devraient croître de 67% pour les grandes entreprises et de 178% pour les TPE-PME. Pour aider les entreprises à mieux protéger leur information, Symantec recommande dans son sondage de se concentrer sur l'information et non sur l'appareil connecté qui la contient. Avec la tendance au Bring your own device et le cloud, l'information ne restera pas longtemps entre les quatre murs de l'entreprise. Ainsi, segmenter l'information pourrait être une solution qui permettrait de protéger les informations réellement sensibles, tout comme la mise en place d'une infrastructure flexible pour ne pas freiner la croissance de l'entreprise.

*réalisé auprès de 4 506 entreprises de plus de 5 000 salariés dans 38 pays

Rédigé par Claire Cavret
Social Media Manager