Internet n’a de cesse de faciliter nos vies, en nous évitant des déplacements au profit de quelques clics de souris. Plus le temps passe et moins il reste de domaines de la société qui soient...

Internet n’a de cesse de faciliter nos vies, en nous évitant des déplacements au profit de quelques clics de souris. Plus le temps passe et moins il reste de domaines de la société qui soient épargnés par cette invasion du web. Même la religion, ses sacrements et ses rituels sont désormais on-line. En Grande-Bretagne, l’évêque londonien Richard Chartres a inauguré par un sermon une église d’un genre nouveau : the Church of Fools (« L’église des fous »). Cette église méthodiste, qui dit avoir choisi son nom pour éviter de « donner dans le pompeux », souhaite permettre aux fidèles via son site de prier, d’assister au service en ligne, de se signer, de chanter des alléluia, de s’agenouiller… et même de participer à la quête. Il suffit à l’internaute de choisir sur le site web de l’église l’un des personnages en 3D proposés : il peut alors discuter avec les autres fidèles auxquels il est connecté, descendre dans la crypte de l’église, se signer devant l’autel, etc. Pour ce qui est de la quête, elle n’est pas virtuelle : une application de paiement sécurisé, sur le site, permet de laisser quelques deniers, et il est possible de contribuer à la quête par téléphone portable. Le site n’accepte que 25 personnes connectées intégralement, mais permet à 500 autres individus de se promener anonymement dans l’église. Les intéressés peuvent visiter le site : www.shipoffools.com , et même assister au prochain office, qui se tiendra dimanche 16 mai à 21 heures. (Atelier groupe BNP Paribas - 14/05/2004)