Le tracking... Il est mis en oeuvre par les marketeurs qui souhaitent pister le parcours des internautes sur la toile, par les entreprises qui ont une flotte de véhicules à gérer et ont besoin de...

Le tracking… Il est mis en oeuvre par les marketeurs qui souhaitent pister le parcours des internautes sur la toile, par les entreprises qui ont une flotte de véhicules à gérer et ont besoin de les localiser, par les entreprises de sécurité qui vendent aux automobilistes des solutions pour retrouver leur voiture si elle a été volée, etc. La liste des applications possibles du tracking est longue, et leur marché très étendu.

C’est ce que prouve une expérience menée au cœur de la ville d’Akron, en Ohio, dont les politiques ont formulé un projet d’application du tracking assez novatrice. En effet, la municipalité pourrait mettre au point prochainement un système de tracking… des chats ! C’est la démocrate Renee Greene, membre du conseil municipal d’Akron, qui a émis une proposition de loi dans ce sens. Il s’agirait d’implanter des puces de très petit format (environ la taille d’un grain de riz) sous la fourrure d’environ 1000 félins de la ville.

Cette idée fait suite à l’ire des habitants contre une loi selon laquelle les rangers de la ville ont le pouvoir d’euthanasier un chat qui n’a pas été réclamé par ses maîtres au bout d’un certain temps. Grâce à la nouvelle puce présente sur son corps, le chat fugueur pourra être « scanné », de manière à ce que son propriétaire soit retrouvé et à ce que l’animal errant lui soit restitué. Coût de l’opération sur 1000 chats ? 10.000 dollars. Et pour le propriétaire négligent, il lui en coûtera une amende de 10 dollars.

Pour l’instant, la disposition n’a pas encore été votée par le conseil municipal. Une audience publique se tiendra le 23 février prochain. En attendant, cette information venue d’outre-Atlantique peut peut-être amener les entreprises spécialistes du tracking à revoir leur business plan, et à imaginer de nouveaux domaines d’application de leurs solutions !

(Atelier groupe BNP Paribas – 11/02/2004)