Jorma Ollila ne s’attend pas à voir les opérateurs de téléphonie mobile se lancer dans des investissements financiers au cours des mois à venir. Le PDG de Nokia, premier fabricant de téléphones ...

Jorma Ollila ne s’attend pas à voir les opérateurs de téléphonie mobile se lancer dans des investissements financiers au cours des mois à venir. Le PDG de Nokia, premier fabricant de téléphones portables au monde, pense que les poids lourds de la téléphonie mobile ne reviendront pas à une politique d’augmentation des dépenses avant 2005.

« Je pense que les opérateurs vont nous envoyer des signaux positifs, mais pas avant la fin 2004 », a-t-il déclaré au quotidien économique allemand Handelsblatt. Les investissements des opérateurs pour acquérir les licences de téléphonie de troisième génération (3G) se sont élevés à plus de 100 milliards d’euros avant que n’éclate la bulle spéculative portant sur les nouvelles technologies.

Le PDG de Nokia s’est par ailleurs exprimé sur la concentration des acteurs du secteur pour affirmer qu’il ne la voyait pas se poursuivre à court terme. Il a également minimisé les difficultés qui retardent le lancement des services de 3G, parlant d’une « technologie complexe, beaucoup plus complexe, peut-être parfois trop complexe ».

Malgré ces déclarations sur les faibles investissements à prévoir de la part des opérateurs de télécommunication, Nokia vient d’annoncer une fusion avec le constructeur informatique japonais Fujitsu pour fournir aux entreprises des solutions d’accès mobile à l’intranet à partir d’un téléphone portable. Ce service devrait être disponible très rapidement au Royaume-Uni et en Europe du Nord, et étendu à la zone EMEA d’ici 2004.

(Atelier groupe BNP Paribas – 01/07/2003)