Le 3 janvier, Oracle annonçait divers remaniements à la tête de Peoplesoft, racheté pour 10,3 milliards de dollars. Et prévoyait des suppressions d'emploi importantes au sein de son ancien...

Le 3 janvier, Oracle annonçait divers remaniements à la tête de Peoplesoft, racheté pour 10,3 milliards de dollars. Et prévoyait des suppressions d'emploi importantes au sein de son ancien concurrent. Aujourd'hui, le temps est venu pour Oracle de passer à l'acte : dans un communiqué de presse, l'éditeur a fait savoir que 5000 emplois seraient supprimés d'ici une dizaine de jours.

Ce qui représente environ 9 % de la force de travail globale des deux sociétés réunies : 55.000 personnes travaillent aujourd'hui au sein de la nouvelle entité. Si les économies qu'Oracle réalisera par ce biais n'ont pas été précisées, l'éditeur a fait savoir que la majorité des licenciements toucherait les départements du marketing et de l'administratif. 90 % des salariés travaillant au développement des produits et à leur support resteront en poste.

Mardi, Oracle devrait donner de plus amples informations sur l'intégration de Peoplesoft et présenter officiellement aux clients la nouvelle stratégie du groupe.

Au sujet de la fusion Oracle / Peoplesoft, lire aussi :

Dossier bilan 2004 : Oracle/ Peoplesoft, un nouveau géant en quête de stratégie (décembre 2004)
Oracle fait le ménage à la tête de Peoplesoft (03.01.2005)
Rachat de Peoplesoft par Oracle : les clients sont très pessimistes (20.12.2004)

(Atelier groupe BNP Paribas - 17/01/2005)