En Amérique du Nord, Oracle jouit d'une forte position auprès des clients du secteur de la distribution. La semaine dernière, son concurrent SAP annonçait, pour rattraper son retard, le rachat de...

En Amérique du Nord, Oracle jouit d'une forte position auprès des clients du secteur de la distribution. La semaine dernière, son concurrent SAP annonçait, pour rattraper son retard, le rachat de la société Retek, spécialisée dans le développement de logiciels dédiés au secteur de la distribution. Retek jouit d'un portefeuille prestigieux de clients ; Fnac, Tesco, Hallmark, Spar, Fnac...
Lançant une offre publique d'achat amicale sur Retek, SAP offrait de ce dernier 8,50 dollars par action (soit 40 % au-dessus de son cours), et le valorisait ainsi à 496 millions de dollars, pour un chiffre d'affaires réalisé par Retek de 174,2 millions de dollars en 2004.
Coup de théâtre aujourd'hui : Oracle, qui a fait la une de l'actualité ces derniers mois après le rachat pour 10,3 milliards de dollars de son concurrent Peoplesoft, a annoncé qu'il renchérissait sur l'offre de SAP pour acquérir Retek. Le groupe américain en offre 9 dollars par action (+ 6 % par rapport à l'offre SAP), le valorisant à 514 millions de dollars.
Larry Ellison, le PDG d'Oracle, a expliqué cette manœuvre de la manière suivante : "L'activité Applications d'Oracle en Amérique du Nord est de plus grande taille que celle de SAP (...). Nous avons l'intention de défendre notre position de numéro un." Le groupe a également précisé qu'il avait déjà racheté 5,5 millions d'actions Retek et qu'il était désormais en possession de 10 % des titres en circulation...
(Atelier groupe BNP Paribas - 09/03/2005)