La boulimie dont la firme est atteinte depuis le début de l'année - sept acquisitions- lui pose quelques problèmes de digestion. Les résultats trimestriels de l'entreprise déçoivent même s'ils...

La boulimie dont la firme est atteinte depuis le début de l'année - sept acquisitions- lui pose quelques problèmes de digestion. Les résultats trimestriels de l'entreprise déçoivent même s'ils n'alarment pas.

Après des mois de négociations, Oracle avait racheté PeopleSoft pour 10,6 milliards de dollars. Il y a dix jours, le groupe annonçait qu'il rachetait Siebel pour 3,61 milliards de dollars. Et l'intégration de ces entreprises semble être problématique tant les acquisitions sont proches.

L'accélération de son développement par croissance externe permet à Oracle de concurrencer directement le leader d'édition de logiciels, SAP. Mais cette frénésie fatigue l'entreprise dont les résultats déçoivent.

Le chiffre d'affaires publié est de 2,91 milliards de dollars, c'est-à-dire moins que les prévisions annoncées (2,92 à 2,98 milliards). Le chiffre d'affaires a augmenté grâce à l'acquisition de PeopleSoft mais l'augmentation n'a pas été aussi forte que les analyses l'attendaient.

Pour le trimestre en cours, les prévisions sont au dessous des attentes. La firme table sur un chiffre d'affaires compris entre 3,37 et 3,46 milliards de dollars alors que les analystes misaient sur 3,46 milliards de dollars.

Le marché, ultra sensible, n'a pas l'air d'apprécier cette complication potentielle. Le titre chutait hier de 4,4 % à 12,92 dollars.

(Atelier groupe BNP Paribas- 23/09/2005)