C'est acté : Oracle vient de racheter son concurrent Peoplesoft pour 10,3 milliards de dollars, soit 26,50 dollars par action. Les conseils d'administration des deux groupes ont avalisé le...

C'est acté : Oracle vient de racheter son concurrent Peoplesoft pour 10,3 milliards de dollars, soit 26,50 dollars par action. Les conseils d'administration des deux groupes ont avalisé le rapprochement, qui doit être bouclé au tout début de l'année 2005.
Pour parvenir à ses fins, Oracle aura bien transpiré tout au long d'une bataille de dix-huit mois, rythmée par les OPA, les actions en justice, les annonces pour convaincre les actionnaires. La nouvelle entité ainsi créée ne parviendra cependant pas à obtenir la place de leader sur le marché des progiciels, toujours détenue par l'allemand SAP.
Quid de l'avenir ? La direction d'Oracle a invité dans un communiqué les clients de Peoplesoft et de JD Edwards (société acquise par Peoplesoft après la première OPA d'Oracle) à ne pas s'inquiéter des suites de ce rapprochement et a assuré que le soutien technique sur les produits qu'ils ont achetés serait maintenu et que chacune des deux sociétés travaillerait au développement des nouvelles versions de leurs produits.
En parallèle à cela, la nouvelle entité née du rapprochement fera plancher ses équipes à la création d'une nouvelle suite de logiciels, qui combinera les produits de chacun. Larry Ellison, le fondateur d'Oracle, n'a en revanche pas pu donner d'échéance précise sur la commercialisation de ce futur produit.
Côté finances, Oracle a fait savoir que le rapprochement lui permettrait une réduction de l'ordre de 150 à 200 millions de dollars de ses dépenses en recherche et développement. Parallèlement à cela, le groupe envisage de faire progresser de 50 % sa force de vente.
(Atelier groupe BNP Paribas - 13/12/2004)