Pour cela, PDT veut introduire sur les lieux publics des bornes d'accès à Internet. Son PDG, Alain Villenave explique "avec une carte à puce de type télécarte, l'homme de la rue peut surfer sur le...

Pour cela, PDT veut introduire sur les lieux publics des bornes d'accès à Internet. Son PDG, Alain Villenave explique "avec une carte à puce de type télécarte, l'homme de la rue peut surfer sur le Net, téléphoner en visiophonie, envoyer du courrier électronique et consulter ses e-mails". La jeune start-up vise les grandes surfaces, les aéroports ou encore les collectivités auxquelles elle propose des services d'informations personnalisés disponibles sur leur borne publique prête à l'emploi. Protégée contre le vandalisme, cette borne comprend un ordinateur Pentium 266 mégahertz, un combiné téléphonique, une caméra couleur pour faire de la visiophonie sur IP, un lecteur de cartes bancaires et une carte de connexion Numéris et Ehernet. Une quinzaine de sites, parmi lesquels des supermarchés Auchan et Cora, une agence du Crédit agricole et une chambre de commerce et d'industrie se sont déjà laissés séduire par ce concept. Le coût d'achat ou de location d'une borne est amorti avec la vente de cartes Cyberdeck. Achetées 45 F l'unité à PDT, elles sont revendues 100 F pour 100 minutes de communication. PDT table, de son côté, sur les revenus publicitaires engendrés par son portail électronique, passage incontournable pour accéder aux "news" ainsi qu'aux services de météo, de billetterie et de commerce électronique. "Notre métier n'est pas de construire des bornes, mais de concevoir des bouquets de services de proximité. Services accessibles gratuitement quand on les consulte sur son PC". (L'Usine Nouvelle - 14/01/1999)