On glose au sujet de la mise au point par Google d'un système de paiement en ligne depuis les environs du mois de juin 2005. A l'époque, on parlait de Google Wallet. En janvier dernier, le moteur...

On glose au sujet de la mise au point par Google d'un système de paiement en ligne depuis les environs du mois de juin 2005. A l'époque, on parlait de Google Wallet. En janvier dernier, le moteur a révélé Google Payment, une solution de paiement restreinte uniquement utilisable sur le Google Video Store. GBuy, évoqué par le Wall Street Journal dans son édition du 6 février, marquera-t-il la véritable entrée du moteur de recherche dans l'arène, face aux Paypal et consorts ?
 
"Pendant les neuf derniers mois, Google a recruté des commerçants en ligne pour tester GBuy, selon une personne au courant de ce service. GBuy sera représenté par un icône à côté des annonces publicitaires placées sur le moteur de recherche, ce qui, espère Google, incitera les consommateurs à cliquer sur les publicités, affirme cette personne. GBuy permettra également aux consommateurs de stocker leurs informations bancaires sur Google", explique le quotidien.
 
Les projets de Google en la matière ont fait couler tellement d'encre ces huit derniers mois qu'il convient d'aborder cette annonce avec prudence, d'autant que le WSJ lui-même ne s'engage pas vraiment. Cela dit, il parait évident que Google ne se cantonnera pas à son Google Payment et qu'il cherche des moyens de diversifier ses sources de revenus, tout en entrant sur le secteur archi-lucratif du paiement en ligne.
 
Paypal, qui représente 24 % du marché des paiements en ligne selon le cabinet Celent LLC, a contribué à hauteur de 304 millions de dollars aux revenus d'eBay sur le dernier trimestre, soit environ 23 % du chiffre d'affaires du leader mondial de la vente aux enchères sur Internet.
 
En octobre dernier, eBay a offert à Paypal, pour 370 millions de dollars, le système de paiement sécurité de Verisign, dans le but de séduire les cyber-marchands et de les convaincre de la fiabilité de Paypal. Néanmoins, à l'heure actuelle, Paypal peine à s'imposer et tire encore près de 70 % de ses revenus des activités liées à eBay, ce qui n'a pas empêché ses résultats de bondir de 48 % sur un an.
 
Alors que le commerce en ligne poursuit sa croissance (+ 25 % en 2005 aux Etats-Unis d'après E-Marketer, + 49 % en France d'après l'Acsel) et que le nombre de sites dédiés explose (de 7500 à 10 900 en France en 2005 selon la Fevad), il semble rester de la place sur le secteur du paiement électronique pour un acteur de la trempe de Google.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 08/02/2006)