En Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, les consommateurs sont de plus en plus nombreux à utiliser leur téléphone pour réaliser des transferts, acheter du crédit téléphonique ou payer une facture.

Le paiement par mobile confirme son assise dans les pays émergents

"Un utilisateur de mobile sur cinq habitant dans un pays émergent s'enregistrera à au moins un service financier via son mobile d’ici à 2013", rapporte Juniper Research dans une étude. Et dans certaines régions, le taux d'adoption au bout de deux ou trois ans de lancement est souvent de plus d'un abonné sur deux. Un engouement qui n'est pas à prendre à la légère : les résultats de l’étude montrent que ce sont l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie qui, dans deux ans, représenteront près de 90 % des utilisateurs des services financiers par téléphone.

Transfert, paiement et recharge

"Nos recherches ont montré que les trois services les plus proposés par les opérateurs sont le transfert d’argent national, le paiement de factures et la recharge de crédit", souligne l’auteur du rapport Howard Wilcox. Ces trois opérations représentant 60 % de toutes celles - financières - effectuées sur les téléphones portables. Le transfert à l'international est également en train de se développer à grande vitesse : selon Juniper, il devrait doubler d'ici deux ans, poussé par les travailleurs migrants qui envoient plus d'argent à leur domicile, et par le lancement par les opérateurs d'applications spécifiques.

Le règlement en magasin en augmentation

Autre usage en croissance : celui du paiement en magasin avec son téléphone. "Les opérateurs, via des partenariats avec les commerçants, permettent de plus en plus aux consommateurs de régler de cette manière", poursuit Howard Wilcox. Reste que, souligne le rapport, l'ensemble de ces applications doit être abordable et simple d'usage pour être adopté. Dans le cas contraire, et même si elles sont utiles, elles resteront peu usitées.