Partant du constat que les centres d'appels paneuropéens sont attirés dans certaines zones en raison de caractéristiques spécifiques, locales ou régionales, le cabinet néerlandais Buck Consultants I...

Partant du constat que les centres d'appels paneuropéens sont attirés dans certaines zones en raison de caractéristiques spécifiques, locales ou régionales, le cabinet néerlandais Buck Consultants International a réalisé une étude pour identifier les villes d'Europe les plus attractives. 37 villes au total ont été sélectionnées, parmi lesquelles les capitales de l'UE, plusieurs grandes métropoles de chaque pays membre. Y ont été ajoutées Vienne pour l'Autriche Zurich pour la Suisse. Cinq villes françaises ont été retenues : Paris, Lille, Marseile, Nice et Strasbourg, contre quatre seulement pour l'Allemagne et le Royaume-Uni. Dix critères, regroupés en quatre catégories, ont été passé en revue pour établir un classement de ces villes. Les quatre villes du Royaume-Uni sélectionnées (Birmingham, Glasgow, Londres et Manchester) figurent dans la première catégorie, celle des "excellent choise" tout comme les trois villes des Pays-Bas (Amsterdam, Rotterdam et Maastrich). Lille est la seule ville française à figurer dans ce "top" grâce notamment à une bonne moyenne sur l'ensemble des critères, et à des coûts de main d'oeuvre relativement moins élevés comparativement aux autres régions françaises. Président de Buck Consultants, René Buck souligne "pour comprendre la croissance du nombre de centres d'appels paneuropéens, il faut prendre en compte le fait que la concentration des activités de call centers d'une entreprise, dans de nombreux cas, conduit à une réduction significative des coûts d'exploitation, spécialement en matière de coûts du travail, de bureau et de télécoms". Vice président de Buck Consultants, Bill Pijpers, poursuit "le facteur clé pour la localisation d'un centre d'appels est la main d'oeuvre qualifiée". (Deux pages Centres d'Appels - mai 1999)