Baisser au maximum les coûts de fabrication de composants électroniques reste une priorité pour les différentes industries. La papier pourrait se révéler une solution économique à ce problème.

Le papier devient un composant électronique à part entière

Le papier deviendrait-il l'un des nouveaux matériaux principaux des puces électroniques ? Une recherche menée par Stefan Glatzel et une équipe de chercheurs du Max Planck Institute of Colloids and Interfaces de Potsdam, en Allemagne, a démontré que le papier pouvait être transformé en un matériau qui conduit l'électricité. Cette solution répond à un besoin du processus habituel de création d'un composant électronique. En effet, de manière générale, les puces ne supportent pas la chaleur excessive nécessaire à la construction d'un ensemble électronique, et doivent être mises au point séparément. La solution des scientifiques allemands transforme, elle, le papier en composant électronique en utilisant, justement, la chaleur.

Brûler le papier pour en faire un catalyseur électrique

La méthode s'avère relativement simple d'utilisation. Un symbole, quel qu'il soit, est imprimé sur une feuille de papier à l'aide d'une imprimante à jet d'encre. La feuille, plongée dans une atmosphère composée de nitrogène, est soumise à une température de 800° Celsius. La chaleur transforme les parties imprimées en un graphite particulier, conducteur, tandis que sur les autres parties de la feuille de papier, la cellulose extrait l'eau sous l'effet de la chaleur jusqu'à ce qu'il ne reste plus que du carbone. Ensuite, la partie servant de catalyseur qui est composée de graphite est recouverte de cuivre, transformant ainsi une simple forme sur une feuille de papier en un matériau qui conduit l'électricité.

Vers la troisième dimension

L'expérience a aussi été menée sur des formes en trois dimensions en obtenant des résultats similaires et un papier conducteur d'électricité. Les applications possibles seraient multiples et serviraient, entre autres, à l'intégration de ce matériau dans les puces RFID, la conception de vêtements augmentés ou encore la création d'écrans souples. Cette découverte, par ailleurs, permettrait de repenser économiquement l'industrie des composants électroniques, puisqu'utilisant l'une des ressources les plus faciles à obtenir.

 

 

 

Rédigé par Guillaume Parodi
Journaliste