ARNav a mis au point une application en réalité augmentée qui superpose des flèches à l'environnement filmé par le mobile. Celles-ci amènent au point d'intérêt choisi.

Un parcours fléché suffit encore souvent à s'orienter simplement

Comment simplifier au maximum les solutions permettant aux individus de mieux s'orienter dans un lieu ? En utilisant la réalité augmentée, et surtout une méthode certes ancienne mais à l'efficacité éprouvée : le parcours fléché. C'est la stratégie suivie par la polonaise ARNav, rencontrée à l'occasion de l'édition 2012 du Digital Shoreditch. La startup, dans la même veine que Wikitude, Urbanspoon ou WhereMark, s'est basée sur le principe de la réalité augmentée pour donner plus de réalisme aux parcours. Mais en essayant de simplifier au maximum l'expérience. En fait, il suffit à l'utilisateur qui a téléchargé l'application de l'ouvrir, afin d'être géolocalisé sur une carte interactive proche de celle que l'on peut trouver sur Mappy ou Wikitude.

Des flèches et des portails à traverser

Soit il sait où il souhaite se rendre, soit il peut se voir proposer différentes catégories de points d'intérêts allant du restaurant et des magasins aux jardins publics et même aux volcans, que celui-ci peut choisir en fonction de la distance qu'il souhaite effectuer. Sachant que ces points peuvent être suggérés par les entreprises elles-mêmes mais aussi, à terme, par une communauté d'utilisateurs. La caméra du mobile se met alors en marche et lorsque l'utilisateur a sélectionné précisément le lieu où il souhaite se rendre, un parcours fléché apparaît alors à l'écran. Mieux encore : on peut voir se dessiner sur la plate-forme ce que ses fondateurs appellent des portails, et qui sont en fait des carrés lumineux sous lesquels l'utilisateur doit virtuellement passer, et qui lui permettent de constater qu'il suit bien la bonne direction.

Évènements ponctuels et futures améliorations

Les technologies de GPS et de capteurs permettent ainsi de diriger précisément l'individu au lieu choisi et l'image semble moins "brouillon" car allégée des différents encarts parfois très imposants que l'on trouve sur d'autres applications. "A terme, le but est d'adapter le système à des événements ponctuels", confie Adan Mancwal, créateur de ARNav, à L'Atelier. "Nous essayons actuellement de mettre au point un service d'orientation à Londres pour les fans de sport dans le cadre de l'Euro et des Jeux Olympiques", ajoute t-il. Avant d'expliquer que la startup souhaite enfin proposer des solutions d'orientation à l'intérieur des locaux, centres commerciaux comme locaux d'entreprises. 

Rédigé par Aurore Geraud
Responsable éditoriale