En améliorant la qualité de leurs services IT et de leurs processus, les économies en développement sont de plus en plus en mesure d'attirer les entreprises qui cherchent à externaliser.

Les pays émergents mieux positionnés pour la sous-traitance technologique

Si l'Inde ou la Chine restent les destinations préférées des entreprises qui cherchent à sous-traiter leurs services IT à l'étranger, nombreuses sont les économies émergentes à s'être préparées à héberger des départements de ce type. C'est ce qui ressort en  tout cas d'un classement du Gartner portant sur les destinations les plus performantes en termes de services offshore. Sur les 30 pays sélectionnés par le cabinet, pas un seul pays développé. L'année précédente, sept faisaient pourtant encore partie de la liste, comme par exemple le Canada, Israël, l'Irlande ou l'Espagne. Pour les remplacer, des pays comme le Bangladesh, la Bulgarie ou encore la Turquie. "Les pays émergents ont mis l'accent de façon significative sur les technologies de l'information et les processus d'entreprise", expliquent les auteurs de l'étude.

Ne pas enterrer les pays développés trop vite

En conséquence, leur potentiel de croissance économique attire de nouveaux partenaires qui cherchent à sortir d'une période de récession. Pour autant, le Gartner ne cherche pas à enterrer trop vite les pays développés. "Les pays qui viennent de sortir de ce classement resteront importants dans le contexte d'une externalisation de proximité", explique le rapport. "Leurs avantages demeurent pour des organisations qui cherchent un portefeuille de destinations équilibré". Le cabinet de consultants souligne en particulier l'essor de l'Amérique Latine dont les progrès en font "une option attractive pour le marché le plus demandeur de services offshore : les Etats-Unis".

Essor de l'Amérique Latine

Les auteurs notent cependant une certaine faiblesse dans la région en ce qui concerne le respect de la propriété intellectuelle et la sécurité des données. En Asie, les efforts consentis par les gouvernements pour promouvoir leurs pays comme zone de délocalisation ont été particulièrement forts en Malaisie et en Inde, mais aussi en Chine qui se présente de plus en plus comme un challenger pour son voisin. Enfin, il est à noter que seuls trois pays africains faisaient partie de la liste établie par le Gartner. Pour établir celle-ci, le cabinet s'est appuyé sur une liste de 10 critères, comme par exemple la performance des travailleurs locaux ou le soutien du gouvernement local.

Rédigé par Nathanaël Vittrant