Les entreprises qui se lancent dans la communication avec leurs clients via le portable doivent d'abord proposer un site optimisé avant de développer des modules, souvent coûteux, pour les différents OS.

Peaufiner son site mobile aussi important que développer une application

Si l'un des moyens les plus efficaces de communiquer avec le consommateur est désormais le mobile, reste à savoir la stratégie à adopter pour le faire au mieux. Est-il plus efficace de développer des applications spécifiques à chaque OS mobile ou faut-il se concentrer sur un site optimisé à toutes les plates-formes ? Les deux, répond CEM4Mobile Solutions, qui a mené une recherche sur l'ensemble du mois d'août 2011 en Finlande. Le cabinet a pris en compte plus de 56 millions d'accès à des services mobiles sur Internet, disposant à la fois d'un site et d'une application dédiée. Résultat : "les entreprises doivent se rendre compte que la plupart des possesseurs de téléphones mobiles se servent encore de leur navigateur pour accéder à Internet", explique Janne Aalto, Solution's Managing Director chez CEM4Mobile. explique-t-elle.

Plus de temps sur une application que sur un navigateur

Avant d'ajouter : "Pour toucher l'ensemble du marché et tous les utilisateurs potentiels, il faut d'abord fournir des sites optimisés pour tous les portables ; puis, grâce aux applications, transformer les clients occasionnels en clients réguliers, loyaux et qui pourront promouvoir la marque". Pour les chiffres, on constate que si 90% des utilisateurs uniques se servent d'un navigateur pour recourir à ces services, cela ne représente que 65% du nombre total d'accès. Cela signifie que les 10% utilisant les applications représentent 35% du trafic. Selon CEM4Mobile Solutions, ces chiffres s'expliquent par le fait que les utilisateurs passent en moyenne plus de temps sur une application que sur un navigateur pour un même service (pratiquement 2 minutes de plus sur les systèmes Androïd ou Apple par exemple).

Une stratégie parfois incohérente vis-à-vis du marché

Les personnes ayant recours aux applications s'en servent également à intervalles plus réguliers (11 fois par mois contre 5 pour les navigateurs). Cette tendance pousserait donc les entreprises à développer massivement des applications dédiées au détriment de sites mobiles optimisés. Reste que développer des applications pour les différentes plates-formes coûte cher, et ne correspond pas forcément à la réalité du marché. D'où la nécessité de parier d'abord sur un site de qualité avant de s'attaquer à l'aspect développement d'applications.