Il y a deux ans de cela, le Pentagone promettait un million de dollars aux inventeurs du premier véhicule autoguidé. Le projet émanait du congrès américain, désireux de protéger la vie de ses...

Il y a deux ans de cela, le Pentagone promettait un million de dollars aux inventeurs du premier véhicule autoguidé. Le projet émanait du congrès américain, désireux de protéger la vie de ses soldats, et de développer d’ici 2015 des véhicules armés sans conducteur.

100 équipes ont répondu à l’offre du Pentagone en 2002. En mars 2003, elles n’étaient plus que 25, triées sur le volet par les experts du Pentagone. Ce sont elles (largement financées par de grandes firmes américaines, comme Intel ou Boeing) qui prendront le départ, samedi prochain, d’une course mettant à l’épreuve leurs inventions. De Bartstow, en Californie, jusqu’aux abords de Las Vegas, les pick-ups, Hummers et autres véhicules tous terrains, tous bardés de senseurs et d’ordinateurs, devront parcourir quelque 300 kilomètres à travers le désert.

L’innovation retenue devra remplir certaines conditions : évoluer à une vitesse d’un peu plus de 30 kilomètres / heure, et être capable, au long de cette course dans le désert, d’éviter arbres, buissons, nids de poules, rochers, etc. L’itinéraire n’est pas encore connu des participants, qui se verront confier au matin de la course un CD référençant 5.000 points de cheminement GPS.

Si l’on y réfléchit, le véhicule autoguidé est loin d’être de la science-fiction, et l’on peut même s’étonner de ce qu’aucun prototype n’ait encore été mis au point. Les avions décollent et atterrissent déjà automatiquement, certains aspirateurs sont capables de nettoyer nos intérieurs de manière tout à fait autonome. Pourquoi nos voitures ne se garent donc elles pas déjà toutes seules ?

(Atelier groupe BNP Paribas - 09/03/2004)