Selon un rapport réalisé par la société de conseil A.T. Kearney, à la demande des principaux PDG des sociétés de high tech de la Silicon Valley, il manque 160 000 personnes qualifiées pour remplir...

Selon un rapport réalisé par la société de conseil A.T. Kearney, à la demande des principaux PDG des sociétés de high tech de la Silicon Valley, il manque 160 000 personnes qualifiées pour remplir tous les postes aujourd'hui proposés par les sociétés des technologies de l'information, principalement dans le domaine de l'Internet. Selon ce rapport, plus de 200 000 postes de haut niveau ne seront pas pourvus en 2010, les mesures actuelles pour tenter de contourner l'obstacle ayant atteint leurs limites. Les employeurs offrent déjà des salaires plus élevés que dans les autres régions des Etats-Unis. Les initiatives se multiplient aujourd'hui pour recruter des informaticiens bien au-delà de la région. Diverses incitations financières, dont les fameuses stocks-options, "coûtent" déjà à ces entreprises, selon A.T Kearney, entre 3 à 4 milliards de dollars par an, limitant d'autant leur compétitivité par rapport à des concurrentes situées dans d'autres régions high tech des Etats-Unis. Malgré la qualité des universités, un tiers seulement des étudiants choisissent des études high tech ou scientifiques. Bien souvent, embauchés avant l'heure par les entreprises, ils quittent l'université avant l'obtention du diplôme, ce qui conduit à disposer de professionnels moins bien formés qu'ils ne pourraient l'être. Restent le télétravail, déjà encouragé pour limiter les heures perdues dans les embouteillages, et l'appel à la main d'oeuvre étrangère. (High Tech News - 25/05/1999)