Avec chaque jour un nouveau rebondissement, le litige opposant Oracle, acteur important du marché des logiciels d’entreprise, à son concurrent PeopleSoft, allié à J.D. Edwards, ressemble de plus ...

Avec chaque jour un nouveau rebondissement, le litige opposant Oracle, acteur important du marché des logiciels d’entreprise, à son concurrent PeopleSoft, allié à J.D. Edwards, ressemble de plus en plus à une farce de théâtre. Sauf qu’elle ne fait pas du tout rire PeopleSoft, victime d’une offre publique d’achat sauvage de 5,1 milliards de dollars de la part d’Oracle, alors que le fabricant de logiciels venait d’annoncer le rachat de J.D. Edwards.

Après J.D. Edwards, c’est donc PeopleSoft qui a déposé une plainte contre Oracle devant la cour supérieure d’Alameda, en Californie, afin d’obtenir une injonction pour empêcher Oracle de poursuivre son OPA. L’éditeur réclame des dommages et intérêts d’un montant indéterminé, et affirme que « les réelles intentions d’Oracle […] sont de couper l’herbe sous le pied de nos activités, en dénigrant nos produits, nos services et nos futurs prospects ».

Pour sa part, J.D. Edwards a déposé plainte au Colorado le 12 juin 2003 pour les mêmes raisons que PeopleSoft, mais également en Californie contre Oracle et ses dirigeants. J.D. Edwards met en cause les pratiques commerciales d’Oracle, qu’il juge déloyales et injustes, et réclame de plus 1,68 milliard de dollars de dédommagements, l’équivalent de la valeur estimée de sa fusion avec PeopleSoft. Les dirigeants d’Oracle ont répondu que les actionnaires seraient les seules juges dans cette affaire, et non de « futiles actions en justice ».

Par ailleurs, PeopleSoft a annoncé lundi dernier qu’il rehaussait son offre sur son concurrent J.D. Edwards qu’il souhaite acquérir. Il proposait auparavant 0,86 par action J.D. Edwards, soit un total de 1,68 milliard de dollars (14,10 dollars par action). Aujourd’hui, son offre s’élève à 14,33 dollars par titre J.D. Edwards, soit 1,75 milliard de dollars au total, avec, de plus, une composante en cash, à hauteur de 863 millions. Oracle n’a pas pour autant retiré son OPA sur PeopleSoft.

(Atelier groupe BNP Paribas – 17/06/03)