La monnaie électronique a un impact économique important. Il faut donc des politiques monétaires spécifiques pour coordonner les agents et harmoniser l'écosystème.

La pérennisation de l'e-money a besoin de la coordination des acteurs

Les réseaux de diffusion et de distribution d'e-money jouent un rôle croissant dans la numérisation de l'économie. Au Kenya, 25 000 agents facilitent la vente et l'achat de monnaie électronique. Ces derniers s'organisant sous forme de réseaux indépendants, cela rend les systèmes de distribution parfois opaques. D'autant que chacun a sa propre structure. Pour les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology et de l'université de Georgetown - qui ont donc pris l'exemple du système de monnaie M-PESA -, la compréhension des relations entre clients, agents et sièges d'entreprises est essentielle. Cette analyse permettra en effet d'optimiser le déploiement des banques mobiles au sein d'une économie.

Politiques monétaires

Outre la prise en compte de ces réseaux, une économie monétaire virtuelle ne peut être efficiente si les politiques monétaires ne suivent pas. Dans un environnement économique en développement comme au Kenya, des pénuries de monnaie électronique sont déjà apparues. Cela notamment parce que les banques mobiles reçoivent plus d'argent qu'elles en émettent. Il faudra donc à l'avenir que les politiques monétaires leur permettent l'émission nette d'e-money. Pour les chercheurs, il faut également réduire les divergences dans les taux de rendement de monnaie fiduciaire entre les instruments financiers publics et privés pour éviter les chocs ou pénuries économiques.

Saisir l'opportunité  du mobile avec précaution

Le mobile se dessine ainsi comme une opportunité dans les moyens de paiement mis en place dans les pays en développement. Mais pour se pérenniser, les banques mobiles devront développer de nouveaux services comme les assurances, épargnes ou crédits. Cela redessinera le paysage financier du pays et il faudra donc équilibrer les quantités de monnaie électronique et de monnaie traditionnelle. Les autorités monétaires devront donc se poser la question de l'optimisation de l'efficacité de l'e-money et être prêtes à de nouveaux ajustements si l'environnement connaît de nouveaux risques. Un challenge quand les infrastructures sont limitées.