Infineon, fabricant allemand de semi-conducteurs, a surpris les analystes avec une perte plus importante que prévu au deuxième trimestre de l’exercice 2002/2003, malgré un chiffre d’affaires en ...

Infineon, fabricant allemand de semi-conducteurs, a surpris les analystes avec une perte plus importante que prévu au deuxième trimestre de l’exercice 2002/2003, malgré un chiffre d’affaires en hausse. Sa perte nette pour la période allant de janvier à mars s’élève à 328 millions d’euros, contre 40 millions d’euros au trimestre précédent et 108 millions d’euros à la même période un an plus tôt. Les analystes anticipaient une perte nette n’excédant pas les 140 millions d’euros, mais avaient fournis une fourchette allant de 272 millions à 35 millions d’euros de perte. Hors événements exceptionnels, cette perte peut être ramenée à 171 millions d’euros. Ce tassement provoque une perte par action de 0,45 euro, après des baisses de 0,06 euro au trimestre précédent et de 0,16 euro un an plus tôt. La perte d’exploitation s’est également creusée au deuxième trimestre de l’exercice 2002/2003 pour atteindre 223 millions d’euros, contre 31 millions d’euros au premier trimestre de ce même exercice et 176 millions d’euros au deuxième trimestre de l’exercice 2001/2002. Le chiffre d’affaires est cependant en hausse, avec une augmentation de 3 % sur le deuxième trimestre de l’exercice, et de 13 % sur l’année. C’est la production d’électronique automobile et industrielle, qui réalise un bénéfice de 49 millions d’euros et dont le chiffre d’affaires a augmenté de 6 % sur le trimestre et de 18 % sur un an, qui permet ce résultat. En effet, les mémoires, première activité du groupe, accusent une perte de 138 millions d’euros, malgré un chiffre d’affaires en hausse 12 % sur le deuxième trimestre de l’exercice et de 4 % sur un an. (Atelier groupe BNP Paribas – 22/04/03)