Déjà près de 700 000 sites sont fédérés en 47 000 alliances, sur des thèmes aussi variés que celui des collectionneurs de Barbie, en passant par les femmes d’affaires ou le rock français. Un simple ...

Déjà près de 700 000 sites sont fédérés en 47 000 alliances, sur des thèmes aussi variés que celui des collectionneurs de Barbie, en passant par les femmes d’affaires ou le rock français. Un simple clic suffit dans ce cas pour passer au maillon suivant, beaucoup plus rapidement que par les systèmes de liens. A l’origine de cette idée, un étudiant américain de 17 ans, Sage Weil, a créé un logiciel de création d’anneaux baptisé WebRing mis en libre accès sur son site (http://www.webring.com). Société spécialisée dans les technologies Internet, Starseed Cie rachète le brevet en août 1997 tout en promettant à ses fondateurs que WebRing resterait gratuit. Depuis cette date, les anneaux se sont multipliés créant un trafic tel qu’il attire de nombreux publicitaires. Trois autres fournisseurs d’alliances ont à leur tour investi ce créneau. Toutefois, avec 46 673 anneaux à son actif, WebRing reste le leader d’autant qu’il a à son actif quelques géants du genre, comme l’anneau international de la pêche qui regroupe 1 012 sites à lui seul. Prévoyant 500 000 anneaux sur le net d’ici à deux ans, Joe Kasmer, le directeur marketing et du développement de WebRing indique “chaque mois nous accueillons 4 000 nouvelles alliances. La progression est exponentielle”. Pour les propriétaires de sites, les alliances sont un gage de notoriété “elles drainent plus efficacement les internautes qu’un moteur de recherche”. Pour l’heure, les sites purement commerciaux ne représentent que 10 % des anneaux enregistrés chez WebRing. Il s’agit surtout de particuliers désirant mettre en valeur leur site et adhérer également à une communauté. Revers de la médaille, certaines alliances sont victimes de leur succès comme l’anneau de la poésie qui aligne 2 891 sites! Comme l’explique un banquier américain gérant les destinées de l’anneau “notre objectif de faciliter la navigation sur le Net s’est trouvé contrarié par la taille même de l’alliance qui augmente au rythme de 150 nouveaux membres par mois. Nous avons dû créer des sous-alliances un peu comme des poupées russes, en rangeant les sites dans des catégories plus précises”. Pour tenter de régler le problème, certains propriétaires d’alliances appelés “maîtres des anneaux” sélectionnent les postulants de façon draconienne. Les fournisseurs d’anneaux imaginent aussi des parades. Ainsi, avec The Rail (http://www.therail.com), système concurrent de WebRing, l’internaute ne peut pas créer d’anneau, il ne peut qu’intégrer l’un de ceux figurant déjà au catalogue. The Rail se montre aussi très sélectif. Sur 6 000 demandes enregistrées chaque semaine, seules 200 à peine sont retenues. (Le Monde - supplément télé-radio-multimédia - 13-14/09/1998)