Depuis l'arrivée en 1996 de son nouveau PDG, Cor Boonstra, Philips a effectué un redressement financier spectaculaire. Pour 1997, le groupe vient d'annoncer un bénéfice net de 5,73 milliards de flor...

Depuis l'arrivée en 1996 de son nouveau PDG, Cor Boonstra, Philips a effectué un redressement financier spectaculaire. Pour 1997, le groupe vient d'annoncer un bénéfice net de 5,73 milliards de florins (17 milliards de F), contre une perte en 1996 de 500 millions de florins. Les composants électroniques restent l'activité la plus profitable, son bénéfice d'exploitation atteint 2,26 milliards de florins sur un total de 4,9 milliards. L'électronique grand public, activité la plus importante de Philips, a généré un bénéfice de 772 millions (10 millions en 1996). Toutes les divisions du groupe ont progressé. Le secteur des produits grand public est désormais divisé en cinq activités, vidéo, audio, numérique, produits liés au micro-ordinateur et à la communication. Cor Boonstra a rappelé sa confiance dans le téléviseur en indiquant une convergence de plus en plus importante entre le monde de la télévision et celui de l'ordinateur. Le résultat d'exploitation de Sound & Vision "s'est nettement accru". Le chiffre d'affaires de Philips Consumer Communications, allié à l'américain Lucent Technologies pour former un joint-venture dans la téléphonie mobile, a progressé de 70 %, accompagné toutefois ... d'une "perte importante" due notamment à "des problèmes rencontrés lors du lancement de certains nouveaux modèles (Génie, Spark)". Voulant rompre en partie avec le passé, après avoir déplacé le siège social d'Eindhoven à Amsterdam, écarté certains anciens représentants du conseil de direction, en y faisant entrer cinq nouveaux membres dont plusieurs britanniques au 1er janvier, M. Boonstra a également convaincu Roel Pieper (41 ans), ancien PDG de Tandem, numéro deux de Compaq, de rejoindre le groupe en tant que vice-président chargé de la technologie, de la stratégie et de la planification. Il pourrait devenir le successeur de M. Boonstra. (Le Monde - Les Echos - La Tribune - Le Figaro - 13/02/1998)