Après les opérateurs mobiles, c'est au tour des filiales françaises de trois grands groupes d'électronique grand public de se voir sanctionner pour entente illicite sur les prix ! Le Conseil de...

Après les opérateurs mobiles, c'est au tour des filiales françaises de trois grands groupes d'électronique grand public de se voir sanctionner pour entente illicite sur les prix ! Le Conseil de la concurrence vient d'infliger à Philips, Sony et Panasonic France 34,4 millions d'euros d'amende pour non respect des règles de la concurrence.

Philips France et Sony France écopent de 16 millions d'euros chacun. Pour Panasonic France, l'addition est moins salée : 2,4 millions d'euros. Les trois fabricants ne se sont pas encore prononcés au sujet d'un éventuel recours en appel.

Le Conseil de la concurrence a été saisi par la société Avantage, qui commercialise sous l'enseigne TVHA des produits électroniques grand public à prix discount. Rencontrant des difficultés dans son approvisionnement, Avantage s'est demandé si le blocage ne venait pas simplement du fait qu'elle pratiquait des tarifs inférieurs à ceux préconisés par les fournisseurs.

A juste titre, si l'on en croit le verdict rendu par le Conseil : "L'instruction et les éléments au dossier montrent que Philips, Sony et Panasonic ont respectivement mis en place un système de contrôle des prix pratiqués par leurs distributeurs, afin de veiller à ce que ceux-ci respectent les prix 'conseillés'", peut-on lire dans le communiqué de presse faisant part du jugement.

L'affaire est d'autant plus grave que les fabricants concernés sont leaders sur le secteur, ajoute le Conseil, puisque sur la période concernée (1998-2002), ils totalisaient à eux trois 55 % des ventes de chaînes hi-fi, près de 50 % des ventes de téléviseurs et près de 40 % des ventes de magnétoscopes et de DVD...

(Atelier groupe BNP Paribas - 09/12/05)