Avec 7 milliards d’euros de dettes, Philips, le numéro un européen de l’électronique grand public, cherche rapidement des liquidités. Pour arriver à ses fins, ce dernier vient d’annoncer hier ...

Avec 7 milliards d’euros de dettes, Philips, le numéro un européen de l’électronique grand public, cherche rapidement des liquidités. Pour arriver à ses fins, ce dernier vient d’annoncer hier qu’il entendait réduire sa participation dans Taiwan Semiconductor Manufacturing (TSMC) de 21,5 à 19,1 % en espérant ainsi gagner l’équivalent de 1,01 milliard d’euros. L’idée est de céder 500 000 actions ordinaires sous la forme de 100 000 American Depositary Shares (ADS), certificats émis aux Etats-Unis afin de représenter les actions d’une société étrangère. Philips a toutefois souligné que TSMC resterait pour lui un partenaire hautement stratégique. Numéro trois mondial des semi-conducteurs, Philips ne peut se désengager de la région de Taïwan, particulièrement compétitive en nouveautés, comme en coûts de production. De fait, TSMC affiche 30 % de croissance annuelle pour ses ventes, contre 10 % en moyenne pour le secteur ! Par ailleurs, Philips vient de mettre au point, en partenariat avec Mitsubishi, un nouveau format pour DVD, nommé DVD+R « double couche ». Il s’agit d’une nouvelle technologie de gravure qui permet de multiplier par deux la capacité des DVD enregistrables dans ce format. Sur le même disque, il est possible de stocker 8,5 Go contre 4,7 aujourd’hui ! D’après les deux constructeurs, cela revient à pouvoir stocker sur un même DVD, 4 heures de vidéo DVD ou 8 heures de vidéo VHS. Ces graveurs DVD possédant cette technologie devraient être commercialisés courant 2004. (Atelier groupe BNP Paribas – 08/10/2003)