Jusqu'à quel point les nouvelles technologies peuvent-elles intervenir dans la lutte contre certaines maladies? C'est la question que se sont posés, à l'occasion du 3GSM World Congress de...

Jusqu'à quel point les nouvelles technologies peuvent-elles intervenir dans la lutte contre certaines maladies? C'est la question que se sont posés, à l'occasion du 3GSM World Congress de Barcelone, plusieurs opérateurs télécoms et le gouvernement américain, qui ont décidé d'unir leurs forces pour lancer un nouveau plan de lutte contre le sida en Afrique, le Phones-for-Health. Dans cette course contre la maladie, estimée à 10 millions de dollars, les téléphones portables et les réseaux de téléphonie joueront un rôle primordial. Surprenant? Peut-être pas. Explications.
 
Le but du projet est simple: pré-installer dans certains téléphones Motorola une application qui permettra aux services de santé concernés d'avoir accès à une base de données sur les malades et à des informations sur la santé.
 
Jusqu'à aujourd'hui, les formulaires et autres supports visant à suivre la propagation de la maladie étaient rédigés sur papier. La transmission des données par les réseaux de téléphonie devrait permettre une meilleure circulation des informations, et, idéalement, la résolution de certains problèmes.
 
Le service utilisera les réseaux GPRS ou les SMS. Dans un premier temps, ce projet sera déployé dans dix pays d'Afrique. Il devrait ensuite s'étendre à d'autres régions du continent africain et à l'Asie, et pourrait cibler d'autres maladies comme la tuberculose ou la malaria. Un projet pilote est déjà en cours d'expérimentation au Rwanda.
 
Loin d'être utopique, l'initiative pourrait connaître un réel succès. En effet, aujourd'hui, plus de 60% des Africains vivent dans des zones couvertes par les réseaux de téléphonie mobile. Et selon la GSM Association, ce chiffre pourrait grimper à 85% d'ici 2010.
 
Pour le docteur Howard Zucker, directeur adjoint à l'Organisation mondiale de la santé et représentant de l'OMS lors du lancement du partenariat au 3GSM, "la croissance fulgurante des réseaux de téléphonie mobile dans les pays en développement a créé une occasion unique de transformer de façon significative la manière qu'ont les pays d'aborder les problèmes de santé mondiaux".
 
Les participants à ce projet, parmi lesquels la GSM Association, le US President's Emergency Plan for AIDS Relief, Accenture ou encore Motorola travailleront en collaboration avec les ministres de la Santé et les organisations mondiales de santé.
 
Cette année, environnement et aides au développement semblent avoir été au centre des préoccupations des acteurs des télécoms présents au 3GSM. Véritable prise de conscience ou effet de mode?
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 16/02/2007)