Google a commencé le bêta test de Gmail en envoyant un millier d’invitations à ses employés essentiellement. Ceux-ci ont eux-mêmes eu la possibilité...

Anaïs Grassat (l’Atelier) – Bonjour, Pierre. Comment
avez-vous eu l’opportunité de tester Gmail ? Savez-vous combien
de personnes à ce jour testent sa version bêta ? Avez-vous été
tenté, comme d’autres testeurs, de vendre votre accès aux
enchères sur eBay ?!!
Pierre Poignant - Google a commencé le bêta test de Gmail en envoyant
un millier d’invitations à ses employés essentiellement.
Ceux-ci ont eux-mêmes eu la possibilité de convier une ou deux
personnes à créer leur boîte Gmail, et ainsi de suite. J’ai
reçu il y a trois semaines une invitation de la part d’un ami qui
travaille à New York, dans la finance (merci PE !). Il est donc assez
difficile d’estimer le nombre de personnes utilisant Gmail à ce
jour. Personnellement, je n’ai pas encore eu la possibilité d’inviter
une personne sur Gmail… Mais même si ça avait été
le cas, j’avoue que je n’aurais même pas pensé à
vendre un accès sur eBay !!!

Gmail Inbox
A.G. - Quels sont les grands avantages de cette nouvelle messagerie
?
P.P. : L’intérêt principal de Gmail est
son impressionnante capacité de stockage : 1 Giga octet
de données ! Un premier doute s’impose, face à une telle
capacité : « comment s’y retrouver parmi 1 giga octet de
messages ? ». Bien sûr, Gmail utilise la puissance de la
technologie de recherche Google. Mais surtout Gmail propose de
tagger les e-mails en utilisant des étiquettes (labels), qui
fonctionnent un peu comme des mots-clefs (amis, Paris, université…)
que l’on attache à ses messages. Un système de filtres
permet d’appliquer des labels automatiquement.
A la différence des dossiers, les étiquettes peuvent se superposer,
ce qui enrichit considérablement les possibilités de classement.
Ainsi retrouver des messages est très intuitif : il est possible par
exemple de rechercher un e-mail ne concernant que le travail, ou bien les amis,
ou encore les deux à la fois.

La recherche Gmail
Sinon l’interface est familière et semblable
à d’autres webmail de type Yahoo ou Hotmail. Toutefois, Gmail utilise
intensément la technologie javascript et propose donc de nombreuses
petites améliorations par rapport à un webmail standard
: comme des raccourcis clavier, l’auto complétion du
nom des contacts (ndlr : écriture automatique d’un mot à
partir de la saisie de ses premières lettres) ou la possibilité
de mettre une petite étoile sur certains messages (pour les emails à
traiter par exemple). Mais surtout grâce à cette technologie et
l’utilisation d’un système de cache, les pages sont
extrêmement rapides à charger.
Donc rien de révolutionnaire, mais de nombreux détails qui rendent
ce webmail largement supérieur aux offres de ses compétiteurs.

Gmail spambox

A.G. - Et quels sont les points faibles de Gmail, selon vous ?
P.P. – Le plus handicapant, c’est l’impossibilité
de synchroniser son compte Gmail avec Outlook, et donc avec son PDA
ou SmartPhone. Etant habitué travailler de cette manière avec
le webmail de Free, c’est pour moi un véritable problème.
Autre inconvénient : Gmail ne permet pas de choisir son adresse
d’envoi, et donc un e-mail écrit à partir de Gmail
sera obligatoirement expédié avec l’adresse <@gmail.com>.

Sinon s’il est possible d’afficher les e-mails au format HTML (sans
les images), il n’est pas possible d’en écrire. Et enfin,
il faut préciser que la technologie javascript n’est pas accessible.
Il est bien dommage que Gmail n’ait pas pris en compte cette problématique
(voir le programme de
la conférence de l’Atelier sur l’accessibilité).

A.G. - Vous parlez de capacités de stockage impressionnantes
? Quel type de données souhaiteriez-vous stocker ? Des films, de la musique…
?
P.P. : Je ne crois pas que ce Gmail soit très pratique
pour stocker de la musique ou des films. Par contre, avec un Giga, il est beaucoup
plus facile de conserver des pièces jointes, tout particulièrement
lorsque l’offre de messagerie est alliée à un outil de recherche
efficace qui permet de retrouver aisément d’anciens messages.
A.G. - Qu’en est-il de l’inclusion de publicités
? Les annonces sont-elles réellement mêlées aux messages
que vous envoyez et que vous recevez ?
P.P. : Les e-mails sont analysés par Google ; en fonction
des mots et des expressions repérés, des publicités
en relation avec le(s) sujet(s) de l’e-mail s’affichent sur la droite
de l’écran. Par exemple, un e-mail qui inclura les expressions
« Harry Potter », « cinéma » et « restaurant
chinois » sera accompagné de liens sponsorisés vers les
restaurants asiatiques de San Francisco, le programme des salles de cinéma,
etc. Il est probable ensuite que la pertinence des liens augmente avec le nombre
d’utilisateurs et d’annonceurs que fédère Google.

Globalement, il faut quand même noter que les annonces
(situées à droite de l’émail comme sur Google) sont
plutôt discrètes : après une heure ou deux d’utilisation,
on a vraiment tendance à les oublier.
A.G. - Entre Gmail, gratuit mais qui inclut des publicités,
et l’offre concurrentielle de Lycos qui promet 1 gigaoctet pour 5,15 euros
par mois, mais sans publicité, (voir article 19.05.2004)quel choix faites-vous
?
P.P. : Les deux offres sont différentes, Lycos propose
beaucoup plus de services comme :

La synchronisation Outlook,
l’envoi de SMS (30 gratuits par mois),
l’agrégation d’autres comptes e-mail,
des pages sécurisées SSL,
et la possibilité d’utiliser son propre nom de domaine.

Le choix de Lycos ou Gmail est très déterminé par l’utilisation
que l’on souhauite faire de son webmail… Personnellement, je serais
sûrement prêt à payer pour les services supplémentaires
de Lycos, qui en plus n’a pas cédé à l’inclusion
de publicités !
Propos recueillis par Anaïs GRASSAT pour l’Atelier BNP Paribas