Pour marquer son passage dans l’ère numérique, Pioneer a changé son logo le 24 août. Shungo Minato, le PDG Europe de Pioneer, affirme “c’est la renaissance de Pioneer. Nous devons changer notre faço...

Pour marquer son passage dans l’ère numérique, Pioneer a changé son logo le 24 août. Shungo Minato, le PDG Europe de Pioneer, affirme “c’est la renaissance de Pioneer. Nous devons changer notre façon traditionnelle de travailler, faire une révolution qui oblige nos collaborateurs à passer, dans leur tête, de l’analogique au numérique”. Sa nouvelle stratégie s’articule autour de trois grands axes de développement: le DVD, les écrans plats et les décodeurs numériques “ces nouveaux produits vont nous faire passer de 4,7 milliards de dollars à près de 9 milliards en 2005 et ils représenteront 40 % de notre chiffre d’affaire d’affaires”. D’ores et déjà, Pioneer a développé une large gamme de DVD: DVD pour visionner les films, DVD-ROM pour les ordinateurs, DVD audio, DVD enregistrable une seule fois et le DVD réinscriptible qui ne sera prêt que dans deux à trois ans. Estimant avoir la ligne de produits la plus étendue face à ses grands concurrents locaux, Pioneer vise “20 % du marché mondial du DVD en 2005 qui devrait atteindre 9,9 milliards de dollars à cette époque”.

Ne fabriquant pas de téléviseurs traditionnels, Pioneer vise le marché du “cinéma à domicile” afin d’installer dans les foyers des écrans plats géants, des décodeurs numériques et des lecteurs de DVD. Pioneer va commercialiser en France, le 1er octobre prochain, un écran plat XGA à plasma de 127 cm de diagonale (50 pouces) dont le prix sera de 129 000 F. Un modèle inférieur (96 cm de diagonale) sera commercialisé à 40 000 F. “On peut estimer que dans deux ans et demi un pouce d’écran XGA à plasma vaudra 1 000 F, ce qui amènera le 127 cm à 50 000 F, tandis qu’un écran VGA coûtera 500 F par pouce”.

Selon Pioneer, le marché des écrans à plasma devrait représenter en 2005, 5,7 milliards de dollars, dont il espère contrôler 15 %. De leur côté, Sharp, Sony et Philips travaillent sur un concept hybride de cristaux liquides et de plasma, alors que Canon et JVC utilisent la technologie micropointes.

Concernant les décodeurs, selon un accord récemment signé avec Canal +, les deux groupes commercialiseront ensemble un décodeur numérique intégrant tous les standards numériques et multimédias du marché, destiné aux abonnés de CanalSatellite en France ainsi qu’à tous les fournisseurs de bouquets numériques dans le monde. L’arrivée d’Alcatel, Direct TV, Microsoft et de NEC au capital de Thomson Multimédia, l’un des spécialistes du genre, laisse perplexe Shungo Minato “je ne me rends pas encore compte de ce qu’ils préparent. Il y a des chances pour que nous soyons en concurrence”. (Les Echos - 03/09/1998)