L’opération « Mouse » menée par la Guardia di Finanza (la police financière italienne), avec l’aide de l’association BSA (Business Software Alliance) et la fédération italienne contre la ...

L’opération « Mouse » menée par la Guardia di Finanza (la police financière italienne), avec l’aide de l’association BSA (Business Software Alliance) et la fédération italienne contre la piraterie musicale (FPM), s’est soldée par l’arrestation de 181 pirates informatiques. Selon différentes sources, il s’agirait du plus grand réseau de contrefaçon de logiciels, de CD audio et de DVD jamais identifié en Europe. 10 300 autres personnes sont également sur la sellette, leurs adresses Internet ayant été repérées lors de l’investigation.

Les cibles privilégiées des pirates étaient les principaux éditeurs de logiciels : Microsoft, Apple, Adobe, Macromedia et Symantec. Les autorités ont saisi plus de 1 000 copies illégales, ainsi que du matériel de duplication, des PC, des graveurs, des magnétophones, pour un montant total d’environ 118 millions d’euros. Le montant des ventes de ces logiciels, CD et DVD piratés est estimé à 100 millions d’euros par an.

Cela fait six mois que la police italienne perquisitionne chez des particuliers, ce qui lui a permis de recenser 95 000 adresses électroniques suspectes, dont 10 300 sont encore en cours d’examen. Vingt-huit adresses ont également été « mises sur écoute », ainsi que deux sites Internet qui servaient à écouler les logiciels piratés. Les prévenus et suspects risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende.

(Atelier groupe BNP Paribas – 18/06/2003)