Certains secteurs aux Etats-Unis, comme celui des hautes technologies, ont du mal à recruter du personnel très qualifié pour des postes clefs. Etonnement, une raison serait l'absence d'acquis fondamentaux.

Les postulants aux emplois très qualifiés manquent de compétences basiques

L'industrie américaine aurait de plus en plus de mal à trouver des employés qualifiés pour certaines positions stratégiques. Et cette difficulté s'expliquerait par des lacunes basiques mais bloquantes constatées chez les candidats. C'est ce que révèle un sondage de la Society for Human Ressource Management (SHRM), réalisé en août et septembre 2011 auprès de plus de deux mille* professionnels des ressources humaines de différents secteurs. En effet, 52% des personnes interrogées ont déclaré avoir du mal à recruter avec une prédominance de ce phénomène chez les compagnies spécialisées en haute technologie (71%), dans la fabrication (68%) et les services (59%). La forte récession économique due à la crise qui frappe le pays en serait la cause principale.

Des postes très difficiles à pouvoir

"Les entreprises américaines sont face à un paradoxe : un fort taux de chômage et l'impossibilité de trouver les bonnes personnes pour occuper des postes cruciaux", explique Mark Schmit, vice-président de la recherche chez SHRM. Si certaines de leurs compétences spécifiques sont parfois mises en cause comme l'absence chez les postulants de capacité d'analyse, d'éthique ou de leadership, la barrière de l'emploi se situe souvent sur des acquis beaucoup plus basiques et fondamentaux. Les entreprises déclarent ainsi que 48% des postulants ont des lacunes en anglais à l'écrit (grammaire, syntaxe, vocabulaire...), 38% en mathématiques, 30% en lecture et compréhension et enfin 30% également en anglais à l'oral.

Des compétences basiques manquantes même chez les emplois très qualifiés

"Cette incapacité à combler ces postes très qualifiés fait que des jobs moins importants et moins qualifiés ne peuvent pas être créés non plus puisque les compagnies ne peuvent pas se développer", conclut Mark Schmit, entraînant la poursuite d'un cercle vicieux. Une équation à résoudre rapidement pour l'industrie américaine afin de pouvoir faire repartir la croissance. Pour information, parmi les professions qui posent le plus problème, on peut compter les ingénieurs (88% estiment que ces postes sont très difficiles à pourvoir actuellement), les médecins (86%), les spécialistes des nouvelles technologies (85%), les scientifiques (83%) et les managers (78%).

*2 286