Trois associations écologiques américaines ont rendu publique une étude sur la poussière toxique que recèlent nombre d'ordinateurs. « Silicon...

Trois associations écologiques américaines ont rendu publique une étude sur la poussière toxique que recèlent nombre d'ordinateurs. « Silicon Valley Coalition », « Computer TakeBack Campaign » et « Clean Production Action » sont ainsi parmi le premières organisations à avoir identifié des ignifugeants bromés (qui ralentissent la progression du feu) dans la poussière qui s'accumule sur les surfaces de nombreux appareils électroniques autour de nous : ordinateurs, téléviseurs, etc.
Les grands groupes informatiques et électroniques ont commencé à utiliser du diphényle polybromé et d'autres ignifugeants dans les années 1970. Les chercheurs des trois associations citées ci-dessus ont procédé à des prélèvements sur des douzaines d'ordinateurs, dans huit Etats américains, et fait des expériences sur trois types d'ignifugeants bromés.
Le danger de ces composants est qu'ils présentent la fâcheuse caractéristiques de s'accumuler dans l'environnement et dans le corps humain. A tel point qu'ils provoqueraient certaines déformations fœtales, la déclaration de cancers , et seraient peut-être en relation avec l'autisme .
Sur le plan législatif, des efforts ont déjà été faits, et à la fin de cette année, les Etats-Unis interdiront deux ignifugeants : le diphényle pentabromé et le diphényle octabromé. Les associations demandent également à ce que soit interdit le diphényle décabromé. Depuis la fin des années 1990, l'industrie a réduit et parfois éliminé certains ignifuges, à mesure que les législations ont évolué en leur défaveur. L'Union européenne a par exemple prévu de les interdire purement et simplement à compter de 2006.
(Atelier groupe BNP Paribas - 07/06/2004)