De quelle fonction peut se targuer ce logiciel anglais pour prétendre préserver l'environnement tout en réalisant des économies ? C'est simple : il éteint les ordinateurs à notre place.

Les chercheurs de l'Université de Liverpool sont partis d'un constat simple. Dans les endroits où les ordinateurs sont en libre service, ils passent la plupart de leur temps à être allumés... et non utilisés. Or le raisonnement est simple, un ordinateur allumé consomme de l'électricité, éteint non. Individuellement cela ne représente pas grand-chose. Mais dans une université où les ordinateurs de la bibliothèque sont nombreux et accessibles tous les jours vingt quatre heures sur vingt quatre, les économies possibles deviennent substantielles.
Des économies importantes
Le logiciel éteint automatiquement l'ordinateur après trente minutes de inactivité. Les étudiants qui ne souhaitent pas voir leur poste s'éteindre pendant leurs longues heures de travail choisiront l'option afin de le laisser allumer. Mais ce serait dommage : d'après les calculs de ces chercheurs, les économies réalisées au sein de l'université sont énormes. Près de quinze mille euros sont ainsi économisés par le simple fait d'éteindre automatiquement les ordinateurs. Les auteurs précisent que ce chiffre ne prend pas en compte les dommages collatéraux provoqués par les ordinateurs en fonctionnement, comme l'évacuation de la chaleur créée.
Moins de consommation moins de pollution
Bref, rien d'étonnant à ce que le Joint Information Systems Committee (JISC, soit l'organisme promouvant l'utilisation des NTIC au Royaume Unis) ait félicité l'équipe dans son rapport sur les technologies de l'information durables. Alors même que d'autres éditeurs commerciaux se sont penchés sur le problème, comme 1E, BigFix, Kace, et Verdiem. La différence est peut-être, comme l'estime Lisa Nelson de l'Université de Liverpool et créateur du logiciel, sa facilité d'installation et d'usage.