Devant publier le 22 juillet, ses résultats du premier semestre 1999, Bull vient de prévenir, dans un communiqué, que la croissance du groupe ne dépasserait pas les 3 ou 4 %. La nouvelle a aussitôt ...

Devant publier le 22 juillet, ses résultats du premier semestre 1999, Bull vient de prévenir, dans un communiqué, que la croissance du groupe ne dépasserait pas les 3 ou 4 %. La nouvelle a aussitôt été sanctionnée par la Bourse: l’action a perdu hier 6,67 % à 8,96 euros sur un volume de 625 000 titres échangés. Par rapport au premier semestre 1998, le chiffre d’affaires de Bull devrait s’établir entre 1,79 et 1,81 milliard d’euros (11,74 à 11,87 milliards de F), contre 1,78 milliards d’euros un an auparavant (11,71 milliards de F), lui-même en hausse de 3 % seulement par rapport aux six premiers mois de 1997. Le deuxième trimestre s’est avéré apparemment plus difficile que prévu avec un mois de juin notamment très décevant. Le recul de l’activité en Amérique du Sud, notamment au Brésil (- 47 % au premier trimestre) expliquerait en partie cette faible progression. Par ailleurs, après une hausse de 11 % sur les trois premier mois de l’année, les ventes de serveurs (GCOS et Unix) seraient à nouveau difficiles. En hausse de 5,6 % au premier trimestre, l’activité du groupe en Europe devrait s’établir au premier semestre entre 7 et 8 %, niveau inférieur aux prévisions du groupe. De 34 % au premier trimestre, l’activité sur le semestre en France ne progresse que de 10 %. En avril dernier, son PDG, Guy de Panafieu, tablait sur une croissance de 5 à 10 % cette année et sur un résultat “qui devrait être significatif malgré des charges pour restructurations de 700 millions de F”. (Les Echos La Tribune 9/07/1999)