linguistiques, Lernout & Hauspie, a doublé son chiffre d’affaires et ses bénéfices. Encore inconnue il y a un an, la société Lernout & Hauspie a commencé à se faire connaître du grand public lorsq...

linguistiques, Lernout & Hauspie, a doublé son chiffre d’affaires et ses bénéfices. Encore inconnue il y a un an, la société Lernout & Hauspie a commencé à se faire connaître du grand public lorsqu’en septembre dernier, Microsoft a pris 8 % de son capital. Après avoir réalisé l’an passé un chiffre d’affaires de 600 millions de F et un bénéfice de 132 millions, Lernout & Hauspie affiche au premier semestre des ventes de 480 millions de F (+ 116 % par rapport au premier semestre 1997) et un bénéfice après impôts de 99 millions de F (+ 151 %). Si Microsoft peut se féliciter de posséder une partie du capital de cette société, c’est surtout son créneau prometteur qui l’intéresse. En effet, créée dans les années 1980, la société est l’une des plus en pointe (aux côtés d’IBM, Dragon ou des laboratoires d’ATT) dans le domaine des technologies vocales et de traitement du langage (traduction automatique, reconnaissance vocale, synthèse de la parole …) technologies qui permettront peut être à terme de se débarrasser du clavier d’ordinateur. Après avoir tenté en vain de commercialiser en direct ses produits sur le marché belge, Lernout & Hauspie s’est converti à la vente de licences et de services en 1992. L’entreprise s’appuie aujourd’hui sur quatre activités: vente de licences à de grands industriels (en particulier dans les domaines de la téléphonie, de l’informatique ou de la sécurité), vente de logiciels de reconnaissante vocale (destinés notamment au monde médical), services de traduction et vente de technologies linguistiques. Pour faire croître son chiffre d’affaires et garnir son portefeuille de technologies, Lernout & Hauspie a procédé par acquisitions (en Scandinavie, au Portugal, en Espagne). La société AiLogic lui a ainsi permis d’apporter des systèmes de traduction automatique japonais-anglais et japonais-chinois “nous avons amélioré nos technologies de traduction automatique. Les outils devenant de plus en plus fiables, nos spécialistes vont pouvoir intervenir sur la finalisation des textes. Les opportunités de croissance sont énormes”. Installée dans les environs d’Ypres, Lernout & Hauspie vient d’ouvrir une succursale à Tokyo afin de se rapprocher de quelque grands clients comme NEC, Pioneer ou Hitachi. (Les Echos 22/08/1998)