Qui n’a jamais rêvé d’être téléporté d’un lieu à un autre ? La science-fiction et les séries télévisées notamment ont exploité à l’extrême ce procédé idéal de déplacement. Aujourd’hui, la...

Qui n’a jamais rêvé d’être téléporté d’un lieu à un autre ? La science-fiction et les séries télévisées notamment ont exploité à l’extrême ce procédé idéal de déplacement. Aujourd’hui, la téléportation devient réalité : il ne s’agit pas d’individus ou d’objets, mais de données. Pour la sécurité des systèmes informatiques et de la circulation d’informations, la découverte est de taille.

La revue « Physical Review Letters » a en effet publié un article dans sa dernière édition sur les travaux d’une équipe de chercheurs australiens, qui sont parvenus à transmettre un ensemble de données en plusieurs fractions à des destinataires différents. Ceci selon un procédé de téléportation faisant appel à la physique quantique : le message est produit, puis il est désintégré pour être reconstruit lorsque toutes ses fractions sont arrivées à destination.

Andrew Lance, un étudiant australien, Thomas Symul, un chercheur français du département d’optique quantique de l’université de Canberra, et Barry Sanders, un professeur de l’université canadienne de Calgary ont tous trois collaboré à cet événement. Il y a deux ans, deux chercheurs avaient déjà téléporté des données, par rayon laser.

La nouveauté ici tient au fait que plusieurs destinataires ont été impliqués dans la réception du message. Selon les auteurs de cette première mondiale, la découverte pourrait bien intéresser les secteurs de la banque-finance et de la défense.

(Atelier groupe BNP Paribas - 10/05/2004)