Le cabinet Strategy Analytics vient de dévoiler une enquête pour comprendre la position des entreprises vis-à-vis de l’Internet des objets. Un seul constat : tout le monde veut sa part du gâteau IoT… peut-être un peu trop tôt.

Près d’un tiers des entreprises déjà engagées dans l’Internet des objets

À l’heure où la Chine vient de prendre la première place dans le déploiement de l’Internet of Things, la fièvre IoT semble loin de s’arrêter. Le dernier rapport du cabinet de conseil Strategy Analytics illustre à quel point les entreprises se tournent massivement vers ce monde d’objets connectés. L’intuition de rafi Haladjian de Sen.se et de l’agence Eridanis de positionner Mother sur le marché B2B est donc validée. Près d’une société interrogée sur trois s’est d’ores et déjà engagée dans l’IoT. Quant aux autres, elles hésitent. Seules 26 % des 450 entreprises sondées à travers le monde n’expriment aucun intérêt pour le domaine.

Plus besoin de convaincre les professionnels de l’importance de l’IoT à en croire l’étude : 55 % des répondants se disent familiers des bénéfices liés aux objets connectés. « Une majorité des répondants souligne la valeur qui pourrait découler d’un déploiement de l’IoT bien avant les réductions des coûts (…) notamment en matière de compréhension d’un marché à partir des données collectées et de leur analyse » détaille Andrew Brown, un des rédacteurs du rapport.

Tous vers l’IoT… en oubliant la sécurité

Plus globalement, le sondage met en lumière une sorte de ruée vers l’IoT qui n’est pas sans soulever des questions. Les professionnels sondés ont ainsi tous en tête l’enjeu de la sécurité. C’est d’ailleurs le premier obstacle cité à un développement plus large de l’Internet des objets. Mais s’ils en ont conscience, les professionnels font encore face à un long chemin avant de réelles avancées dans le domaine. Un rapport récent du constructeur HP pointait à quel point les objets connectés pèchent du point de vue de la sécurité. Une grande partie des objets testés ne sont pas dotés de systèmes de mots de passe, tout en collectant par ailleurs des données très personnelles.

Un « Wild West » des objets connectés sans avenir ?

Assisterions-nous donc à une précipitation vers l’IoT au point que les entreprises négligeraient la sécurité ? C’est un peu ce que décrit le CEO de la start-up Feabhas, fournisseur de logiciels pour traiter les données du fitness. « Nous sommes toujours dans un Wild West lorsqu’il s’agit de définir une architecture IoT. Une sélection naturelle va – je l’espère – nous conduire vers des solutions acceptables », écrit Niall Cooling. Une vision que partage un récent rapport du spécialiste de la cybersécurité Sogeti. Selon les auteurs, l’Internet des objets nécessite d’être repensé pour établir de véritables connexions entre les objets. En attendant, trop de standards et de concurrences empêchent les interconnexions.

 « On surestime énormément la valeur des données. »

De son côté, rafi Haladjian décrivait à L’Atelier la précipitation vers les données liées à l’IoT, une ruée inutile selon le concepteur de Mother : « on surestime énormément la valeur des données. Ce fantasme qu’on a sur le fait que les gens seraient prêts à payer des millions pour savoir si je me brosse les dents ou pas est, je crois, très surestimé. Ça ne vaut même probablement rien ».

 
Rédigé par Guillaume Scifo