Pour les salariés et les responsables du groupe Iliad, la nouvelle a dû tomber comme un coup de massue. Leur président, Xavier Niel, a été mis en examen la nuit dernière et écroué pour...

Pour les salariés et les responsables du groupe Iliad, la nouvelle a dû tomber comme un coup de massue. Leur président, Xavier Niel, a été mis en examen la nuit dernière et écroué pour proxénétisme.

Le parquet de Paris a fait savoir que M. Niel est soupçonné d’avoir investi dans trois "peep-shows", à Paris et Strasbourg, qui auraient servi de couverture à des activités de prostitution. Une enquête parallèle se poursuit sur d’autres chefs d’accusation ayant trait à l’abus de biens sociaux et au blanchiment d’argent.

A 36 ans, Xavier Niel est une figure de la nouvelle économie. En 1993, il avait fondé le premier fournisseur d’accès à Internet, Worldnet. Il est aujourd’hui à la tête du groupe Iliad, qui couvre les activités du FAI Free, de l’opérateur de téléphonie fixe One.Tel et du fournisseur de cartes prépayées Kertel.

C’est le groupe Iliad qui a annoncé la nouvelle dans un communiqué de presse, préférant préciser de lui-même que la procédure "concerne une affaire privée de M. Niel, et n’implique aucun autre dirigeant du groupe". C’est le directeur général d’Iliad, Cyril Poidatz, qui pour l’instant reprend les commandes du groupe.

Avant l’incident, Iliad pesait un milliard d’euros en bourse. Comme on pouvait s’y attendre, son action a chuté aujourd’hui. Pour l’avenir, il est difficile de tabler sur les évolutions de l’affaire. Pour certains analystes, tout dépendra de l’implication ou non d’autres dirigeants du groupe dans cette affaire. Pour d’autres, l’événement est une catastrophe car les stratégies d’innovation de Xavier Niel sont indispensables au succès d’Iliad. Affaire à suivre, donc...

(Atelier groupe BNP Paribas - 28/05/2004)