Alphabet Energy développe un nouveau type de matériau thermoélectrique grâce à une ressource minérale rendant la transformation de la chaleur en électricité plus économique.

Produire de la thermoélectricité à moindre coût grâce aux nanotechnologies

La thermoélectricité, découverte depuis deux siècles, permet de transformer la chaleur en électricité. Largement utilisée pour la réfrigération, cette énergie requiert l’utilisation de matériaux spécifiques dotés de propriétés thermoélectriques efficaces. Mais aujourd’hui, les matériaux existants capables de générer de l’électricité sans conduire la chaleur sont souvent chers ou toxiques. L’entreprise Alphabet Energy basée en Californie a eu l’idée d’utiliser les nanotechnologies pour créer une alternative aux semi-conducteurs utilisés actuellement et équipés de composants rares et chimiques comme le tellurure de bismuth.

Une ressource naturelle et économique

C’est avec la tétraédrite, espèce minérale composée notamment de cuivre, que l’entreprise a trouvé une solution plus économique pour les conducteurs thermoélectriques. Cette ressource naturelle a l’avantage d’être abondante, contrairement aux autres matériaux thermoélectriques de composition. Alphabet Energy a déposé plus de 50 brevets pour protéger son innovation thermoélectrique. Autre argument de poids, son utilisation est nettement moins coûteuse avec un prix divisé par huit au minimum, soit 4 dollars le kilogramme contre 24 à 146 dollars/kg pour les autres matériaux thermoélectriques.

Viser l’industrie automobile

L’entreprise a lancé son premier produit en juin 2014 auprès du producteur d’énergie Encana. Elle a développé des modules thermoélectriques dans l’objectif de les installer dans les oléoducs ou gazoducs d’Encana afin de capter la chaleur rejetée et la transformer en électricité. Matt Scullin, co-fondateur de l’entreprise, évoque l’éventuelle utilisation de ses modules dans l’industrie automobile. En effet, le rendement électrotechnique généré par les matériaux actuels ne serait que de 2%, tandis qu’avec l’utilisation de la tétraédrite, le rendement pourrait atteindre de 5 à 10%.

Rédigé par Eliane HONG
Journaliste