automatique des copies. Thomas Landauer et Peter Foltz s’apprêtent à commercialiser sur le marché américain un logiciel baptisé l’Intelligent Essay Accessor. Pas tout à fait comme les autres, ce lo...

automatique des copies. Thomas Landauer et Peter Foltz s’apprêtent à commercialiser sur le marché américain un logiciel baptisé l’Intelligent Essay Accessor. Pas tout à fait comme les autres, ce logiciel est un correcteur intelligent de copies. Il promet purement et simplement de remplacer les professeurs pour leur fastidieux travail de correction des copies, notation et commentaires compris. Bien que les deux professeurs recommandent l’usage de l’Intelligent Essay Accessor dans le cadre d’une aide personnelle aux étudiants plutôt qu’en remplacement de la correction humaine des professeurs, l’Educational Testing Service, l’autorité chargée de l’ensemble des examens et concours d’admission aux universités et grandes écoles américaines qui mobilise chaque année plusieurs milliers de correcteurs envisagerait de s’équiper au plus vite d’un programme similaire. Le logiciel repose techniquement sur des principes de traitement de la langue écrite faisant appel à l’intelligence artificielle et à la logique floue. En pratique, l’Intelligent Essay Accessor peut s’adapter à toutes les matières “le système a été testé sur plus de 2 000 documents couvrant une douzaine de sujets. Parmi ces derniers, on trouve des thèmes aussi variés que l’histoire du canal de Panama, les stratégies publicitaires ou encore la production d’énergie”. Parallèlement, lors de chaque expérience, les documents ont été corrigés par deux experts “nous avons montré que le logiciel est au moins autant en accord avec un expert humain que deux experts entre eux”. La procédure de préparation du programme exige d’entrer dans la mémoire de l’ordinateur des ouvrages de référence dans la discipline concernée. Une correction-type ou bien une vingtaine de copies déjà notées par le professeur sont ajoutées à cette information de base. Le logiciel attribuera ensuite, par analyse du langage, combinaison de mots, évaluation du sens, les meilleures notes aux copies s’approchant le plus du corrigé et les moins bonnes à celles s’en éloignant le plus. Peter Foltz assure “l’ordinateur analyse la langue sur un plan mathématique et il la comprend d’une manière similaire aux êtres humains”. (Le Monde 17/11/1998)