La première édition des "Rencontres Professionnelles des Webmasters", les 20 et 21 juin derniers, a rencontré un vif succès. 4 162 auditeurs ont suivi les conférences, séminaires et ateliers pendant...

La première édition des "Rencontres Professionnelles des Webmasters", les 20 et 21 juin derniers, a rencontré un vif succès. 4 162 auditeurs ont suivi les conférences, séminaires et ateliers pendant ces deux jours. 32 % de ces visiteurs étaient des webmestres, bien sûr, dont 10 % des webmestres de contenu, 8 % des webmestres techniques, 7 % des webmestres graphiques, 7 % autres webmestres. 14 % étaient des chefs de projets, 11 % des directeurs informatique ... 16 % de ces webmestres travaillent dans des sociétés de services, 11 % dans des SSII/éditeurs informatique, 10 % des agences de communication. 38 % s'intéressent au Web Design, 31 % aux logiciels, 26 % aux bases de données, 23 % à la formation, 21 % aux outils de développement. La nature de leurs projets concerne avant tout Internet (47 %), ainsi que le e-commerce (18 %) ou Intranet (17 %). 17 % venaient de province, 81 % de Paris et région parisienne et 2 % de l'étranger. Les prochaines Rencontres Professionnelles des Webmasters auront lieu au cours du dernier trimestre 2000. Lors de cette première édition, le cabinet d'études marketing Raffour Interactif (http://www.raffour-interactif.fr) a fait part des résultats de son étude en ligne réalisée entre avril et juin 2000 d'après 800 interviews qualifiés de webmasters. Selon cette étude, 58 % des webmestres dépendent d'une direction dans leur entreprise ou organisation, 42 % ne dépendent d'aucune direction en particulier. 90 % estiment disposer de beaucoup d'autonomie, contre 10 % d'opinion négative. 46 % délèguent à des collègues des tâches liées à leur activité de webmestre, mais vérifient tout, 24 % délèguent facilement, 30 % ne délèguent rien. 55 % estiment que la fonction de webmestre est plutôt technique, 45 % plutôt relationnelle. A la question "aimeriez-vous être informé régulièrement sur la manière dont les webmestres des autres pays pratiquent ce métier", 90 % répondent que ce serait très intéressant, 10 % ne voient pas ce que cela pourrait leur apporter. Si 5 % des webmestres appartiennent à une organisation de webmestres, 74 % n'y appartenant pas se déclarent intéressés, 21 % non intéressés. 69 % des webmestres ne possèdent pas de site personnel lié à leur métier, 31 % en possèdent un. 23 % dialoguent souvent en ligne avec d'autres collègues webmestres pour s'échanger des informations les aidant à mieux exercer leur métier, 38 % de temps en temps, 25 % rarement, 14 % jamais. 76 % déclarent que leur entreprise ou organisation a des projets d'investissement dans les domaines concernant l'exploitation du ou des sites d'ici six mois. A la question "êtes-vous en cours de développement de contenus à la norme WAP", 11 % seulement répondent par l'affirmative, pour 61 % ce n'est pas à l'ordre du jour, tandis que 28 % y pensent à court terme. 64 % se déclarent intéressés par la création d'une "charte professionnelle" régissant la fonction de webmestre. Très peu de webmestre ont le sentiment que les règles sont bien établies sur Internet, d'une manière générale. 3 % seulement ont totalement ce sentiment, 17 % partageant ce sentiment estiment qu'il faut les faire respecter. Une forte majorité (63 %) répondant par la négative estime qu'il y a beaucoup de travail à mener dans ce sens et que c'est vraiment important. 17 % répondent qu'elles ne sont pas établies, mais que c'est mieux comme ça. 88 % ont le sentiment d'exercer aujourd'hui un métier encore nouveau. 58 % souhaiteraient un statut juridique de webmestre garantissant les contours de cette fonction, notamment au niveau des responsabilités, estimant que cela clarifierait les choses. 42 % ne le souhaitent pas, considérant qu'il s'agit d'un domaine encore trop mouvant. Avant d'occuper leur poste actuel, 70 % d'entre eux exerçaient un autre métier ou une autre situation, 18 % étaient étudiants, 12 % étaient déjà webmestre. Pour 45 %, webmestre convient bien comme dénomination de leur métier, 27 % préféreraient "administrateur de site", 7 % "webéditeur", 4 % "webmarketer", 1 % "webmaitre". (Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas - 04/08/2000)