Internet a offert une nouvelle jeunesse au principe du livre blanc, qui connaît un succès particulier dans le domaine du « business to business ». Les livres blancs sont ces guides pratiques...

Internet a offert une nouvelle jeunesse au principe du livre blanc, qui connaît un succès particulier dans le domaine du « business to business ». Les livres blancs sont ces guides pratiques que des sociétés adressent à des clients potentiels pour leur vanter les mérites d’un produit ou d’une technique, pour les informer de la nécessité à se doter de telle solution, tel matériel, etc.

Quelle est la valeur ajoutée de ces livres blancs pour les sociétés qui les publient ? Autrement dit, que deviennent-ils une fois entre les mains de leurs destinataires ? Sont-ils conservés, utilisés, jetés ?

A en croire l’enquête menée par Bitpipe et Forbes.com en février 2004 auprès de professionnels américains des technologies de l’information, les livres blancs ont encore un bel avenir devant eux. Ils intéressent de près leurs destinataires, qui à 77 % ont déjà transféré à l’un de leurs collègues de la profession un livre blanc qu’ils avaient préalablement téléchargé.

Autres chiffres qui devraient encourager les auteurs et distributeurs de ces guides pratiques, 75 % des professionnels sondés déclarent conserver dans leurs archives ces livres blancs, et les classer de manière à pouvoir les réutiliser un jour ou l’autre. Mieux encore, 68 % des professionnels sondés sont déjà entrés en contact avec une société auteur d’un livre blanc pour obtenir des informations complémentaires.

Quelle utilité ces livres blancs recouvrent-ils pour les professionnels des technologies de l’information ? Premièrement, ils les informent des tendances émergentes du marché (77 %) et des spécificités d’un produit donné (69 %). Ensuite, les livres blancs facilitent la comparaison des produits existants sur un marché et l’étude du niveau de la concurrence. Enfin, pour 43 % des sondés, le livre blanc sert de justification à l’achat du produit qu’il vante ; une proportion peut-être en relation avec celle des professionnels qui ont déjà transmis un livre blanc à leur supérieur hiérarchique : 24 %.

(Atelier groupe BNP Paribas – 19/03/2004)