Interview de Jon Paul Potts, responsable de la communication OpenCourseWare, MIT...

Depuis 2001, nombre d'universités ont lancé des programmes e-learning. Cependant, ceux-ci requièrent très souvent un abonnement payant, qui, on l'imagine, permet aux établissements de rentrer dans leurs frais. Qu'en est-il pour le MIT, qui a choisi de mettre ses cours à disposition de tous gratuitement ?
L'investissement initial, sur le projet OCW, est de 11 millions de dollars. Il a couvert les frais pendant les deux premières années d'OCW et a été apporté par la fondation Andrew W. Mellon et la fondation William et Flora Hewlett. Le MIT lui-même a contribué à l'investissement à hauteur d'un million de dollars sur cette période.
A l'heure actuelle, nous étudions divers plans de financement qui assureraient à OCW sa pérennité. Sur du long terme, la plupart des coûts induits par cet énorme projet seront à l'actif du MIT lui-même.
Comment le site a-t-il été développé ?
Le MIT et la Sapient Corporation, une société de conseil, ont développé conjointement OCW. Aujourd'hui, notre système de publication et notre technologie sont en place. Pendant la phase pilote du projet, qui s'est terminée en septembre 2002, tout le site a été construit par une équipe de programmeurs du MIT qui a mis en place les 50 premiers cours du programme.
En janvier 2003, nous avons implémenté un système FileMaker Pro, qui a permis de recenser toutes les documents dont nous disposions : les cours, les programmes, les contacts de l'établissement, et toutes les autres informations éparpillées qui une fois regroupées permettaient de recréer l'unité d'un cours.
A l'automne 2002, nous avons sélectionné un système de gestion des contenus : Microsoft Content Management System 2002. Et puis il nous a fallu développer un environnement technologique propre, en partenariat avec Akamai Technologies, de Cambridge, pour mettre à disposition les cours via leur réseau de distribution, pour maximiser la performance du site.
Aujourd'hui, combien de professeurs mettent leurs cours à disposition sur le site ?
La participation au site se fait sur la base du volontariat. Aujourd'hui, nous recensons les cours d'environ 550 professeurs (sur 950).
Avez-vous rencontré des résistances de professeurs qui ont refusé de publier leurs cours?
Lorsque le concept d'OCW a été présenté à tous en 2001, certains ont effectivement précisé qu'ils ne pourraient participer au projet. Deux explications revenaient fréquemment : le contrainte de temps et la crainte que l'établissement perte le contrôle sur les contenus des cours.
Délivrez-vous un diplôme aux personnes qui suivent les cours sur Internet ? L'université Columbia, elle, délivre des certificats attestant du suivi des cours.
Encore une fois, OCW n'est pas un projet d'études à distance. Son dessein n'est pas de remplacer une quelconque formation, mais de fournir des supports d'enseignement. Sur le site, les internautes n'ont pas à s'identifier, ils accèdent au contenu directement. Et nous ne délivrons ni diplôme, ni certificat quel qu'il soit. Nous ne le ferons sans doute jamais.
Cette initiative OCW ne dénigre-t-elle pas d'une certaine manière les enseignements que suivent les étudiants du MIT ?
Etudier au MIT, c'est :

assister aux cours,
vivre sur le campus,
faire l'expérience d'une relation absolument unique avec les professeurs et les chercheurs.

Tout cela n'est pas compris dans le projet OCW…
Quel est le grand objectif qui sous-tend le projet OCW ? OCW n'est-il pas finalement un excellent outil de communication, qui sert la notoriété de l'école et dissémine l'image d'une institution qui forme de grands projets pour l'avancée des populations par l'apprentissage?
MIT OCW doit servir de modèle à la dissémination du savoir, à l'âge d'Internet. Il appartient à la culture du MIT qui veut que les connaissances soient partagées. Aujourd'hui, la mission du MIT est la suivante :
Faire avancer nos connaissances et enseigner à nos étudiants la science, la technologie et tous les autres domaines qui vont servir notre nation et le monde entier dans le 21 ème siècle.
Quels sont les projets d'OCW pour l'avenir ?
Rester gratuit et ouvert à tous. Et publier toujours plus de cours.
Le site devrait connaître plusieurs évolutions : un moteur de recherche plus efficace, de nouvelles techniques pour une conversion plus aisée des contenus sous format numérique, l'intégration de davantage de vidéos et le développement de technologies permettant d'aider à la constitution de communautés d'apprentissage.