installations informatiques sont de plus en plus vulnérables avec l'utilisation grandissante d'Internet et des ordinateurs portables. En France, le coût des piratages a coûté 12,7 milliards de F en ...

installations informatiques sont de plus en plus vulnérables avec l'utilisation grandissante d'Internet et des ordinateurs portables. En France, le coût des piratages a coûté 12,7 milliards de F en 1996, soit 60 % de plus qu'en 1987. Cette tendance est mondiale. Depuis cinq ans, on assiste à une explosion du nombre d'accidents (incendies, dégâts des eaux) et plus encore des actes de malveillance (vols de matériel, fraudes et espionnage économique). Par rapport à 1995, le volume des détournements de fonds sur les réseaux informatiques à augmenté de 37 %. Trois sources de danger sont aujourd'hui recensés par les spécialistes : la protection insuffisante des fichiers contre les virus, l'absence de procédure de secours en cas de panne ou d'accident, les risques d'intrusion entraînés par des accès mal verrouillés vers les réseaux extérieurs comme Internet, RTC ou X25. Selon le Clusif (Club de la sécurité informatique) "entre 70 et 80 % des actes de malveillance ont une origine interne". On enregistre de plus en plus fréquemment des cas de sabotages et de vols commis en interne. Heureusement, des solutions existent pour parer ce genre de risques. Tout plan "sécurité informatique" doit au préalable commencer par un audit (à partir de 30 000 F pour une PME). Les fonctions vitales de l'entreprise à défendre en priorité sont ainsi listées. La mise en place des mesures de prévention proprement dite peut alors commencer. Il faut tout d'abord bien choisir son personnel. Selon une étude du CNRS, un informaticien sur quatre seulement se déclare concerné par le piratage et "prêt à tout faire pour l'empêcher". Le choix des outils de protection vient ensuite. Les professionnels proposant une infinité de parades, la panoplie complète des produits disponibles peut coûter très cher. La protection des ordinateurs portables doit particulièrement être soignée. A l'insu de leur propriétaire, ces machines peuvent être infectées par un virus, vidées de leurs données, par exemple lors d'un séjour à l'hôtel, perdues ou volées. Des organismes spécialisés dans la sécurité informatique peuvent apporter leur aide aux chefs d'entreprise afin de leur éviter toute erreur. Le Clusif (moyennant une cotisation de 4 500 F par an) installé à Paris et le Recif (Recherches et études sur la criminalité informatique française) basé au Plessis-Bouchard dans le Val-d'Oise sont deux associations particulièrement réputées pour la qualité de leurs conseils. Il est possible aussi de s'informer auprès de la demi-douzaine de services de lutte contre la fraude informatique créés par les pouvoirs publics. Quelques conseils pratiques sont toutefois à respecter, comme :