Proterra développe une technologie à même de booster l’efficacité dans le secteur des transports publics, grâce à l’électrique.

Proterra veut électriser le secteur des transports

À l’heure où le monde a les yeux rivés sur la voiture autonome et connectée et les changements d’usage qu’elle induit, l’entreprise Proterra, originaire de Denver, fondée par un ancien de Tesla, souhaite quand à elle électriser entièrement le secteur des transports en commun. Mais pas de n’importe quelle manière. « Nous pensons qu’il est possible d’électriser le réseau des transports et ce, rapidement. Produire efficacement des véhicules propres et silencieux pour le secteur public est possible », Matt Horton, VP of Sales chez Proterra.

Le dernier bus électrique construit par la firme, le Proterra EV bus, a la capacité de parcourir 415 km environ sans avoir besoin d’être rechargé entre temps. Or, selon des données récentes de la General Transit Feed Specifications, les bus urbains et ruraux couvrent actuellement sur les routes américaines des distances inférieures à 320 km chaque jour, ce qui rend les véhicules de Proterra plus que compatibles avec les besoins en matière de transport du pays.

Le bus électrique de Proterra Le bus électrique de Proterra 

Une technologie poussée qui a fait ses preuves

Dans les conditions réelles - le bus chargé de passagers, sur des routes difficiles, lors d’intempéries, la distance couverte par la dernière version des véhicules serait toutefois un peu moins conséquente. Pour autant, d’après Matt Horton, « la technologie ne cesse d’évoluer, nos batteries devenant de plus en plus puissantes ». L’entreprise a d’ailleurs battu cette année les records nationaux dans 4 catégories, en matière d’efficacité énergétique notamment et continue de travailler à l’extension de son portfolio de véhicules et de batteries. Aux États-Unis, Proterra travaille déjà avec 20 sociétés de transport à travers le pays et ce sont au total plus de 2 millions de miles qui ont été déjà parcourues avec leurs véhicules. « Les entreprises reconnaissent que la transition est en marche », poursuit Matt Horton.

La performance du bus de Proterra

Une source d’économie certaine pour les smart cities

Et la mise en place à grande échelle d’une telle solution pourrait représenter une vraie économie pour les villes. Proterra estime qu’une municipalité pourrait économiser entre 400 000 et 500 000 dollars par an en substituant les bus qui fonctionnent au diesel par des bus électriques, « le type de véhicules le plus rentable du marché aujourd’hui », selon Matt Horton.

Alors que Ford annonçait l’arrivée de 13 modèles de véhicules électriques d’ici à 2020 au dernier CES, Proterra développera-t-elle à terme un intérêt pour les véhicules personnels ? « Nous sommes concentrés sur tout ce qui a trait au transport routier pour l’instant. Toutefois, la technologie, le système de batterie par exemple, peut être tout à fait transposé à d’autres catégories. Nous ciblons particulièrement le remplacement de véhicules lourds, très consommateurs d’énergie comme le sont les bus et les camions parce que ce sont deux domaines où nous pouvons faire énormément de progrès en matière d’optimisation énergétique. Le véhicule personnel électrique étant aujourd’hui déjà relativement performant à cet égard », détaille Matt Horton. L’entreprise a ouvert récemment une deuxième usine de construction dans le sud de la Californie pour faire face à la demande, preuve que l’électrique n’a pas fini de convaincre les municipalités de son intérêt.

Rédigé par Pauline Canteneur