Il y a quelques jours, six entreprises dont Nokia, Ericsson, Texas Instruments et Broadcom ont porté plainte contre Qualcomm, l'accusant de pratiques anti-concurrentielles. Qualcomm ferait payer...

Il y a quelques jours, six entreprises dont Nokia, Ericsson, Texas Instruments et Broadcom ont porté plainte contre Qualcomm, l'accusant de pratiques anti-concurrentielles. Qualcomm ferait payer l'utilisation de ses brevets moins cher aux entreprises qui lui achètent également des puces.

La réponse du fabricant de puce CDMA (Code Division Multiple Access) n'a pas tardé... Il porte plainte contre le premier fabricant mondial de téléphones mobiles pour violation de douze brevets. Il demande à Nokia d'interrompre la vente et la production aux Etats-Unis de ses combinés mobiles fonctionnant sur le réseau GSM ou de lui apporter une compensation financière.

La bataille sur le segment des téléphones qui ont un appareil photo ou un lecteur MP3 est féroce. Ces plaintes en sont des manifestations.

Qualcomm est un fabricant de puces pour téléphones portables. Il détient des brevets qui sont primordiaux pour certaines technologies portables. Sa principale technologie est le CDMA, "équivalent du GSM en Europe. Il est utilisé par Verizon Wireless et Sprint Nextel aux Etats-Unis, deux des plus opérateurs.

La firme vend aussi des puces pour la W-CDMA (Wideband-CDMA), évolution de la technologie CDMA utilisée par la téléphonie mobile de troisième génération. Les entreprises qui ont porté plainte contre Qualcomm dénonçaient également des prix abusifs pour l'usage de ses brevets W-CDMA.

Qualcomm reproche au finlandais, leader mondial dans la fabrication de téléphones d'avoir utilisé onze brevets qui lui appartiennent et un autre qui appartient à sa filiale SnapTrack sans en avoir payé les droits. Les deux entreprises devraient avoir intérêt à régler leurs différends à l'amiable...

(Atelier groupe BNP Paribas - 08/11/05)