porte-monnaie électronique soit rapidement mis en place. La formule permet avec la même carte non seulement de prendre le métro, le train ou le bus, mais aussi de faire des courses chez les commerça...

porte-monnaie électronique soit rapidement mis en place. La formule permet avec la même carte non seulement de prendre le métro, le train ou le bus, mais aussi de faire des courses chez les commerçants équipés (pain, cigarettes, pressing) ainsi que de téléphoner. Cette carte fonctionnant sans contact est testée à Paris et dans la banlieue parisienne depuis de nombreuses années par les employés de la RATP et depuis plusieurs mois par 1 000 usagers du métro. Chef du département SIT à la RATP, André Ampelas affirme “après avoir réalisé près de 30 millions de transactions, nous avons la preuve que notre système fonctionne parfaitement. Le seul moyen de lancer le porte-monnaie électronique, c’est le transport. Et nous, à la RATP, nous sommes le leader dans ce domaine” en ajoutant “moins de monnaie en circulation, c’est moins de tentations pour les malfrats”. Selon les deux PDG, Louis Gallois (SNCF) et Jean-Paul Bailly (RATP), “une opportunité s’offre à nous, qu’il nous semble nécessaire de saisir, pour reprendre l’initiative dans ces domaines vis-à-vis de nos concurrents et pour garder notre avance technologique”. En effet, le programme européen Calypso vient d’être officiellement lancé à Lisbonne. Le système, selon les deux PDG, pourrait être appliqué dès septembre 1999 à la carte jeune pour les zones 1-2 et 3. Dès l’année prochaine, près de 500 000 utilisateurs sont espérés en Ile-de-France et 5 millions en l’an 2000. Les promoteurs du système pronostiquent dans toute l’Europe 50 millions d’utilisateurs. 160 villes européennes sont aujourd’hui intéressées. L’arrivée de l’euro devrait faciliter les choses “à condition qu’on ne traîne plus, sinon c’est cuit” affirme André Ampelas. (Le Parisien - 21/09/1998)