Alliant travail de terrain et retour d'expérience sur Internet, le système de réalité alternée Black Cloud pourrait donner un souffle nouveau aux pratiques d'apprentissage.

Une formation universitaire à cheval entre les sphères réelle et virtuelles. Voila une appellation qui convient au programme Black Cloud. Ce programme éducatif répond à un concept dit de réalités alternées, c'est-à-dire qu'il permet d'observer des phénomènes physiques réels et de les intégrer dans un espace qui - lui - est virtuel. Développée par l'université californienne de Berkeley, cette méthode s'est vue attribuer un prix de l'innovation dans le cadre du concours "Digital Media and Learning". Celui-ci consiste en un "jeu" conçu pour des élèves en sciences environnementales, et qui permet l'apprentissage des mécanismes et concepts entourant la qualité de l'air ambiant. Le concept : une vingtaine d'analyseurs portables de carbone - appareils permettant de relever la qualité de l'air - sont dispersés dans le voisinage de l'établissement.
La réalité alternée, entre virtuel et réel
Ces capteurs transmettent leurs informations sur un site dédié accessible aux élèves ainsi chargés de les analyser. Leur objectif est de retrouver l'emplacement de chacun des appareils en recoupant ces données avec les activités humaines recensées dans l'environnement. A mesure que les élèves découvrent l'emplacement géographique des analyseurs, ils doivent recueillir des informations sur place. Ils ont notamment comme mission d'observer – via des interviews, des photographies ou vidéos - les usages des personnes y évoluant. Le tout doit être ensuite envoyé sur le serveur du site Internet ad hoc. L'élève ayant obtenu la plus importante quantité d'informations se voit attribuer une gratification. Pour les concepteurs de Black Cloud, il s'agit là d'un moyen ludique pour les élèves de mieux s'approprier leur environnement direct à travers "les nouveaux médias".
Apprendre grâce aux "nouveaux médias"
Parallèlement, cette expérience leur permet d'associer des informations recueillies sur le terrain avec un cadre théorique – soit les activités humaines et leurs retombées écologiques - et donc de mieux percevoir les problématiques environnementales. Et au-delà de ces aspects pédagogiques, on peut imaginer que ce type d'exercices puisse permettre la constitution de bases de données multimédias renseignées et complètes sur des thématiques de recherche précises. Une base web pouvant être éventuellement consultée à titre informatif par des individus extérieurs au projet. Black Cloud a été expérimenté dans la ville de Los Angeles et au Caire avec la participation du centre culturel El Savvy.

L'Atelier BNP Paribas